En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
Vous avez la parole

Ôrange, Ô désespoir... (1/2)

Mercredi 30 novembre 2016
Le choix de l'opérateur Orange comme prestataire pour l'installation d'une ligne téléphonique relève d'un parcours du combattant que seules les entreprises en situation monopolistique sont en mesure d'imposer.
Je suis un professionnel qui ouvre un commerce : première démarche dans les tout premiers jours du mois d'octobre, me rendre à la boutique Orange du centre commercial de Montjoly. Pancarte m'invitant à faire savoir que je suis professionnel, auprès du responsable de la boutique qui assure lui-même l'accueil.
Après une attente d'une demi-heure pendant laquelle j'ai regardé les particuliers être reçus, non sans s'être vu signifiés par le responsable d'agence qu'un minimum de réflexion de leur part ne les aurait pas conduit à poser la question qu'ils étaient venus poser, je suis enfin reçu par une conseillère...
Après avoir spécifié que le magasin serait naturellement équipé d'une alarme et qu'il me fallait à ce titre une ligne analogique, il m'est proposé un forfait. Il m'est indiqué que ma demande part en instruction aux services techniques, s'agissant d'un bâtiment neuf non encore pourvu de ligne téléphonique. SMS reçu 48 heures plus tard, m'indiquant que j'allais être contacté pour un rendez-vous sur site. Courrier 48 heures après m'indiquant identifiants et mots de passe... Bref, je fonde des espoirs légitimes et respectueux sur l'efficacité de mon interlocuteur commercial.
Las, près de deux mois après, je suis toujours en incapacité de mettre mon commerce sous alarme, étant doté d'une ligne exclusivement numérique. Devant l'absence totale de communication d'Orange, retour à la boutique. Retour dans une file d'attente « privilégiée et réservée » aux professionnels. J'assiste au spectacle toujours affligeant du responsable qui explique à des clients que compte tenu du profil de leur domicile, le mieux reste encore d'utiliser les signaux de fumée pour communiquer... Petite leçon managériale en humiliant une employée devant l'ensemble des clients, qui avait eu le malheur de positionner en rayon des produits qui ne devaient manifestement pas l'être. Je suis à nouveau reçu par une autre conseillère, qui m'avoue que la précédente collègue a saisi un mauvais contrat, qui se trouve être numérique et qui m'interdit à ce titre toute alarme... Il faut prendre un autre contrat plus cher pour ce faire...
Un commerçantsans alarme et qui souhaite de fait rester anonyme pour des raisons évidentes de sécurité
La suite de ce courrier dans notre prochaine édition

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire