France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
Vous avez la parole

Lettre au président du Front pour le changement statutaire

Mardi 17 avril 2018
M.le président,
Dans le cadre des états généraux de la Guyane, la question statutaire occupe le devant de la scène ces derniers jours. Et la constitution du Front pour le changement statutaire, dont je suis membre, me semble importante pour informer et sensibiliser les Guyanais sur l'importance de cette question.
La question statutaire ainsi que le Projet Guyane sont d'ailleurs inscrits dans l'Accord de Guyane. Ce même Accord de Guyane qui est le fruit de la formidable mobilisation populaire de mars-avril 2017 et dont chacun connaît mon attachement à son application en partenariat avec l'État.
Suite aux récentes prises de parole sur la question statutaire, je tiens à rappeler ma vision sur le sujet. En octobre 2017, lors de mon discours prononcé à l'occasion du Congrès des élus, je soulignais déjà : « Le changement de paradigme que j'appelle de mes voeux, c'est-à-dire une nouvelle façon d'envisager et de faire les choses, consiste à nous rassembler nous Guyanais ; à sortir de la logique au fil de l'eau, de l'addition inefficace d'actions isolées pour présenter et défendre un projet de société global, intégré et partagé par tous les Guyanais : le Projet Guyane ; à en finir avec des normes inadaptées qui rendent inefficace l'action publique et qui engendrent des dépenses inutiles ; à compenser la diminution de l'argent public par la simplification de la réglementation et par plus de capacité de faire - en exploitant nous-mêmes nos ressources - ce qui permettra de libérer et de laisser s'exprimer ce que j'appelle le « génie local » basé sur l'innovation et la créativité ; et enfin, à se poser les vraies questions, à mettre tous les sujets sur la table et à lever les ambiguïtés qui entretiennent la confusion dans laquelle nous nous trouvons.
Ainsi, sur la question du statut, il faut être vigilant à ne pas confondre l'objectif et le moyen. Le statut doit s'envisager en tant qu'outil au service du Projet Guyane, non pas en tant qu'objectif à part entière. C'est seulement à l'issue des états généraux et après la définition du Projet Guyane qu'il s'agira de choisir le cadre nécessaire pour sa réalisation. Il s'agira alors de s'interroger sur le statut le plus approprié, quel qu'il soit, existant ou à inventer, pour servir les ambitions du territoire. »
Aujourd'hui, je rajouterai que même si l'outil dépend du projet, nous savons d'ores et déjà qu'il nous faudra changer de statut pour aller vers davantage d'autonomie. Par ailleurs, se posera aussi la question du drapeau. Ma position d'octobre dernier demeure inchangée : « Ici, force est de constater que les mouvements de mars-avril lui ont donné une signification nouvelle. Autrefois uniquement brandi par les indépendantistes, le drapeau guyanais est aujourd'hui devenu la propriété de toute la population. C'est un symbole identitaire, le symbole d'appartenance au pays Guyane.
Mais se pose aussi la question de la place de notre drapeau guyanais par rapport au drapeau français. Nous sommes guyanais, nous sommes français. La République est une et indivisible. Mais elle est aussi forte de sa diversité. C'est le moment pour elle de le prouver, à l'image de ce qui s'est passé pour les Corses, les Basques ou les Calédoniens. »
J'espère, M.le président, avoir le plaisir de pouvoir échanger prochainement avec vous et les membres du Front sur ces questions déterminantes pour l'avenir de notre territoire.
Je vous prie de croire, M.le président, à l'assurance de mes salutations distinguées.
Léon Bertrand, maire de Saint-Laurent du Maroni

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire