En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
Vous avez la parole

La fusée décolle et la caravane des états généraux est encore à l'arrêt

Jeudi 30 novembre 2017
Que se passe t-il ? Le budget n'est pas encore voté ? Les équipes pas encore constituées ? Les bus et les pirogues ne sont pas encore prêts ?
Cela n'augure rien de très rassurant alors que dans le même temps, le gouvernement communique sur les assises et que soit des partis politiques soit des collectifs poursuivent le travail de sensibilisation ou de proposition. Qu'ils en soient remerciés.
Je crains que nous répétions les erreurs de la campagne d'explication lors de la consultation : évolution statutaire puis article 73, article 74... pendant laquelle la communication envers le grand public n'avait pas été à la hauteur dans le fond et dans la forme. C'est la peur et la désinformation qui avaient triomphé. Ce qui nous amène finalement aujourd'hui à devoir remédier aux mêmes problématiques. Mais malheureusement, nous n'en sommes même pas encore là. Rien ne filtre, aucune précampagne d'information auprès de la population pour susciter l'intérêt et l'implication dans un processus d'information et de consultation sur l'expression de ses besoins et de ses projets. Ce seront encore une poignée d'initiés et de militants qui se prononceront (heureusement qu'ils sont là au moins). Ce sera encore fait dans la précipitation. Or, la tâche parait gigantesque surtout en considérant le temps qui nous reste pour présenter un projet cohérent dans un créneau apparemment serré. Allons nous encore une fois rater le wagon de notre propre histoire sur fond de fusée qui continue à tracer son chemin chez nous et sans nous ? Le congrès des élus du 14 octobre aura alors perdu tout son faste proclamé ce jour-là « historique » .
Autre explication possible : les projets déjà existants sont déjà la base de cette démarche de construction du projet guyanais. Quoi qu'il en soit, Bougeons-nous! Bougez-vous!
Un citoyen guyanais et fier de l'être

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire