France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Vous avez la parole

Continuez le boucan

Mardi 12 juin 2018
Pratiquement chaque semaine, je me rends chez un boucanier de Rémire-Montjoly, dont je tairai ici le nom, mais que tout le monde connaît, et lui demande de ne surtout pas arrêter de « faire du boucan » . Amoureux de l'histoire de la Guyane, j'ai voulu en savoir un peu plus sur cette affaire de boucan et vous la faire partager. Boucaner et tous ses associés, dériveraient du mot « boucan » , lequel, d'après le dictionnaire Hatzfeld-Darmesteter-Thomas, a été formé à partir d'un mot caribéen, « boucaconi » ou « boucaboni » , qui signifierait : « gibier frapper d'une flèche » : ceci d'après le rapport de Jean de Léry, datant de 1578.
La même source ajoute que boucan désignait deux objets : d'une part la « viande fumée » ; d'autre part, le « gril de bois » qui servait à la cuisson.
Plus tard, au XVIIe siècle, boucan prendra aussi le sens de « lieu de débauche » , vraisemblablement à cause de la réputation des orgies auxquelles se livraient parfois les boucaniers ivres, venus de l'ancien monde. L'expression argotique « faire du boucan » , semblerait perpétuer ce lointain souvenir du vacarme qui accompagnait ces ripailles.
Le dictionnaire de l'Académie française, dans sa première édition de 1694, ne donnait à ce terme de boucaner que le sens de cuisson, de rôtissage ( « faire cuire, faire rostir la viande à la manière des sauvages » ). Il reconnaissait cependant que boucaner était une tradition millénaire utilisée par les peuples premiers, séjournant en forêt, pour conserver la viande du gibier chassé.
Les premiers explorateurs, trouvant la méthode intéressante, se l'approprièrent pour en dérober la notoriété. Il relève de tout ça que, les soi-disant « sauvages » , pouvaient inéluctablement enseigner au soi-disant « civilisés » . Qui étaient alors les ignorants ?
Tomates, pommes de terre, courges, haricots, maïs, arachides, piments, chocolat, vanille, ananas, avocat, papaye... Sans les découvertes et la transmission de ces « sauvages » du « nouveau monde » , je me demande bien ce que j'aurais préparé à midi pour accompagner mon poulet boucané ? Bon appétit mes amis...
Alain LANDY

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire