France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Vous avez la parole

Beaucoup de bruit pour rien

Lundi 08 octobre 2018
Maintenant que la tension est retombée, je voudrais revenir sur le problème du ressortissant d'origine haïtienne du lycée Anne-Marie-Javouhey. La question que je me pose est comment ce garçon, né je ne sais pas où en 1997 d'un père Haïtien naturalisé français en 1995, n'a jamais eu de papiers français ? L'assosiation RESF s'en prend à l'administration parce qu'il a été arrêté. Les premiers coupables sont les parents et la famille de ce jeune qui n'ont pas fait le nécessaire. Et lui aussi car, arrivé à un certain âge, il pouvait se prendre en main, de la même manière qu'il s'est souvenu, lors de son arrestation, qu'il avait un père au États-Unis naturalisé français, que son avocat a pu joindre. Cela veut bien dire qu'ils avaient des contacts ? Donc la vraie question est : pourquoi est-il resté sans papiers de 1997 à 2018 ? Pour les gens qui disent que l'administration aurait dû chercher à savoir s'il était Français ou pas, la réponse est simple : lors d'un contrôle, sans papiers en règle, vous êtes dans l'illégalité. À vous de prouver votre bonne foi. C'est exactement la même chose quand quelqu'un vous accuse de viol : vous êtes arrêté d'abord, placé en garde à vue et ensuite, c'est à vous et à votre avocat de prouver que vous n'avez violé personne.
L'observateur

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3