France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Vous avez la parole

Assisté un jour, assisté toujours

Lundi 10 septembre 2018
Je rends hommage à Louis Bannis et à son épouse, pour leur contribution à la musique guyanaise et pour leurs textes engagés. Je prendrai pour preuve la chanson mo Adan oun peyi. Il y a deux choses qui m'ont frappé. La première : nous serons toujours des assistés. Et la deuxième : nous sommes champions de la course au couillon. Je dis cela car quand je regarde le fonctionnement de notre pays, c'est exactement ça. Beaucoup de personnes disent qu'il faut que la Guyane se développe mais disent non à l'industrie minière, non à l'industrie pétrolière. Des collectifs se mettent en place à tout va pour tout contrecarrer. Ils préfèrent aller pleurer, mendier au papa-colon nos 2 milliards d'euros, notre pont, nos ci nos ça : « Nous sommes vos enfants » , « occupez-vous de nous » , « assistez-nous » . En même temps, ils disent : « Prenons-nous en mains » ou « s'ils ne le font pas, faisons-le. » Mais ils le feront avec quoi ? Incohérence totale! Au final, nous serons toujours des assistés, comme le dit si bien le couple Bannis dans leur chanson. Ils connaissent très bien le pays et ses habitants.
L'Observateur

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire