En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
Vous avez la parole

À la conquête de la CCIG

Vendredi 25 novembre 2016
Après sept ans sur le territoire, on me propose de participer aux élections de la CCI Guyane. On m'explique à quoi sert une CCI et, en effet, le chantier est immense car la belle est endormie.
On m'explique que c'est un jeu démocratique. Tout de suite, je vous arrête : ce n'est pas un jeu et la démocratie a été mise à rude épreuve.
Ma chance a été d'être dans une équipe où règne le bon sens, où l'amitié est plus importante que sa propre future position au sein d'une institution qui est encore pour moi une boîte noire. Et comme dit mon père, il faut choisir un patron plus que le travail. Merci Papa, grâce à toi, je suis dans la bonne équipe.
Nous voilà partis... Quel plaisir d'entrer dans les commerces et de partager une tranche de vie, quel plaisir de partager nos soucis et nos espoirs avec les commerçants de Cayenne que nous souhaitons remercier de leur accueil.
Après la campagne, il faut collecter les votes et là, personne ne nous croira! De toute façon, la Guyane, personne ne vous croira! Entre l'incompétence de La Poste (mais pas des postiers qui font leur possible) et une horde de ramasseurs à la solde de gens apeurés de perdre leur statut social, il faut se battre pour permettre aux commerçants de s'exprimer. Et là, ne venez pas me dire que c'est toujours comme cela, notre équipe ne manque pas de vieux routards de la CCIG et pourtant, la course aux couillons est proscrite.
Il ne m'est pas possible d'aller plus loin car à partir du dépouillement, c'est la justice et la police qui rentrent dans le jeu (pas démocratique), et j'en suis toujours à me demander ce qui pousse des gens sensés (décorés des ordres bleu et rouge) à faire l'irréparable. D'où vient ce sentiment d'impunité ? Peut-on justifier ses actes en supposant que les autres font pareil ? C'est marrant, j'ai toujours aimé être différent comme cette équipe qui, j'espère, vous représentera, amis commerçants et entrepreneurs, pour cinq ans à la CCI de Guyane quand la justice sera passée.
Laurent, hôtelier près du marché à Cayenne

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire