En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CONCERT

Witongo : quand la musique innove

Maud ALAMACHÈRE Vendredi 13 avril 2018
Witongo : quand la musique innove
Yann Cléry, gauche et Otisto 23, à droite répètent à la case #9 du Camp de la Transportation (DR)

Quand Yann Cléry, artiste caméléon et Otisto 23, musicien de jazz connu pour ses envolées électroniques, mélangent leur style avec les tambours du groupe saint-laurentais Duracel, cela donne Witongo (nos langues en sranan tongo, ndlr), en concert ce soir à l'Encre à Cayenne.

Dans un Camp de la Transportation réhabilité en espace de création artistique, les treize musiciens répètent chaque jour depuis le début du mois d'avril. Serge Abatucci, directeur et fondateur du théâtre Kokolampoe, séduit par le projet, leur a offert la 1èrerésidence musicale de la case numéro 9, transformée en studio de répétition pour l'occasion.
Dans cet espace réduit, treize artistes, une dizaine de tambours saramaka et une flûte traversière font face à une panoplie de machines dernier cri. Trois claviers, cinq pads, seize micros, deux ordinateurs sont nécessaires au réarrangement du son des tambours en temps réel.
« Il y a les deux chemins, explique Otisto 23, au début, on est partis de chez eux, de leurs morceaux. En cours de route, on a inversé et ce sont eux qui se sont adaptés à notre musique. Le travail a consisté à faire accepter à chacun la possibilité de s'approprier la composition de l'autre et de la transformer complètement. »
Witongo, « ce n'est pas de la fusion, on est sur une approche acoustique naturelle transformée par ordinateur (...) par moment on est proche de la musique électronique anglo-saxonne » , expliquent les deux artistes dont les sources d'inspiration incluent le trip-hop, le reggae et la musique jazz. Àl'issue de cette résidence de création, Witongo a produit une dizaine de morceaux.
UNE RÉSIDENCE ARTISTIQUE DANS L'ESPRIT DES TRANSAMAZONIENNES
L'histoire de Witongo commence en décembre 2017. À l'origine du projet, une idée de Yann Cléry, fidèle au syncrétisme musical qu'il explore déjà dans son dernier album Motozot.
Formé à la musique assistée par ordinateur (MAO) par Otisto 23, il y a quelques années, c'est tout naturellement qu'il le contacte pour ce projet. En décembre 2017, Yann Cléry rencontre un des musiciens de Duracel par l'intermédiaire du président de Kokolampoe. Après ses sept albums de kawina, le groupe saisit cette opportunité « d'agrandir ?[leurs] connaissances » . « On a tout de suite accepté » , rapporte Yapi un des fondateurs du groupe, on ne va pas laisser notre style mais (...) ce sont de nouvelles façons de faire de la musique. »
Malgré une « méfiance tranquille » affichée par le groupe saint-laurentais, l'alliance est finalement scellée dans le village de Dan, non loin de Brokopondo au Suriname, où Duracel invite Yann Cléry et Otisto 23 au festival auquel ils participent. Le groupe Witongo est né. Avec leurs titres Doengoe doengoe bay ou Kamalama, Witongo nous offre un cocktail musical surprenant, différent de ce que l'on entend sur les ondes. Une preuve supplémentaire que la musique ne connaît d'autres frontières que celles de l'imagination.
Le groupe Witongo et ses 11 musiciens est ce soir sur la scène de l'Encre, à 20h. 15 euros en prévente. 20 euros sur place.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire