En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La gastronomie guyanaise a tenu salon à Paris

FXG Mercredi 07 février 2018
La gastronomie guyanaise a tenu salon à Paris
(FXG)
Le troisième Salon de la gastronomie d'Outremer et de la francophonie et ses 150 stands ont été inaugurés vendredi dernier au parc des expositions de la porte de Versailles par la maire de Paris Anne Hidalgo et la créatrice de l'événement, Babette de Rozières. Les deux femmes ont été rejointes un peu plus tard par le président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre, et le sénateur Georges Patient.
À l'entrée, le public était accueilli par des hôtesses qui distribuaient une édition spéciale de France-Guyane consacrée à cet événement culinaire. En grande prêtresse de ce salon, Babette de Rozières a même demandé à un architecte d'aménager les 7 000 m2 d'espace et a pris le soin de faire installer un vrai marché aux fruits et légumes à l'entrée.
Si l'invité d'honneur de ce salon, qui a refermé ses portes dimanche soir, était la Polynésie et que la CTG, à l'inverse de la Guadeloupe ou la Martinique, n'avait pas pris de stand propre, les Guyanais étaient pourtant bien présents que ce soit avec la société Belles Racines d'Iracoubo, la Cogumer et ses poissons cuisinés surgelés ou encore la cuisine péyi de l'association Montabo Soleil.
Rodolphe Alexandre et Georges Patient, ici au stand de France-Guyane, étaient présents au salon, inauguré vendredi par le maire de Paris Anne Hidalgo et Babette de Rozières (photo du bas) (FXG)
Reportage FXG, à Paris
Après Casino, la Cogumer entre chez Cora
René Gustave, chef de projet « La cuisine de Lucette » à la Cogumer, a installé un imposant stand pour présenter ses plats de poisson cuisiné au salon de la gastronomie : « Jour après jour, de part l'intérêt que noUs portes la population antillo-guyanaise, nous sommes obligés de déployer nos ailes et la dimension de notre stand explique tout simplement que le produit est apprécié. Il est perçu comme un produit nouveau et de qualité. » L'an dernier, à la foire de Paris, René Gustave annonçait que deux de ses produits étaient référencés par la chaîne Casino. En un an, les produits de la Cogumer ont connu un développement de plus de 30% sur le marché antillo-guyanais et leurs deux usines en Guyane emploient désormais 60 personnes. « Je pense qu'on n'est pas arrivé au terme de cette évolution, ajoute M. Gustave, puisque tous les jours on a de nouveaux contacts... » La Cogumer a d'ores et déjà basé un peu de stock au Havre pour être prêt à répondre à la demande et cette année, elle devrait acheminer un nouveau container pour un nouveau client à Marseille qui va distribuer « la cuisine de Lucette » dans les magasins Cora. « Nous avons reçu la commande il y a deux jours, à notre arrivée à Paris pour le salon! Nous ne savons pas encore quelle référence ils ont choisi, mais ils feront la dégustation et l'animation dans deux des magasins qu'ils approvisionnent et nous verrons quelle suite cela va donner... » Les choses n'avancent pas vite, mais pour René Gustave, c'est normal : « C'est un produit vraiment nouveau, sans commune mesure en termes de référencement. Du poisson, les grandes surfaces en vendent, mais présenté sous cette forme-là, c'est nouveau! Nous les incitons à prendre le risque parce que nous sommes sûrs de notre produit. » Reste que les congélateurs sont grands, à la hauteur de l'offre de surgelés et comme le dit avec humour René Gustave : « Nous sommes un petit poisson dans l'océan! »
René Gustave, chef de projet à la Cogumer est allé présenter à Paris de nouveaux produits. (FXG)
Simone Baya, société Belles racines d'Iracoubo
« Je voyais l'affiche du salon organisé par Babette de Rozières depuis trois ans et je le disais que j'irai bien y participer! » , explique Simone Baya. Avec son compagnon Christian Dasman - tous les deux agriculteurs à Iracoubo - ils transforment eux- mêmes leurs produits en produisant, entre autres, du sirop de gingembre, de curcuma, de papaye, passion, de pitaya, des chips de banane, des épices, du piment... « De la récolte à la consommation » , se plaît à dire Simone pas peu fière de remporter un sacré succès à Paris alors que ça ne fait que cinq ans qu'elle s'est lancée! Ses produits sont déjà dans des supermarchés et libres services en Guyane.
(FXG)
Montabo Soleil
« Les plats qu'on présente vous disent : mangez! » Thierr y Séraphin, traiteur à l'enseigne Montabo Soleil, a tenu un restaurant éphémère pendant le salon de la gastronomie d'Outre-mer. Il a affiché à l'entrée le diplôme qu'il a reçu à l'occasion de la dernière foire de Paris, le 1er prix de restauration. Chez lui, on mange créole et des produits guyanais! Poulet boucané, colombo, poisson, bouillon d'awara... « Les gens aiment ça parce qu'ils ne trouvent pas ça dans beaucoup d'endroit, s'amuse Thierry, et nous, on est presque unique! » Il sert environ 200 couverts par jour! Thierry et son épouse, qui reste affairée en cuisine, ont monté l'association Montabo Soleil pour développer la culture guyanaise dans l'Hexagone et faire connaître le pays. Et si les gens en reveulent, on peut les retrouver sur les réseaux sociaux!
https ://www.facebook.com/assomontabosoleil/
(FXG)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire