En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
HOMMAGE

Éric Romney, le crooner guyanais, est décédé

Vendredi 30 mai 2014
Érick Romney, le crooner à la voix d'or (DR)

Le chanteur de charme est mort hier à Paris, d'une maladie du coeur.

Érick Romney est décédé hier à l'Hôpital parisien de La Salpêtrière. Il y attendait une greffe du coeur depuis quatre mois. Avec ses groupes successifs, singulièrement Black Connection, il a fait danser des générations de Guyanais sur des slows et boléros aux sonorités créoles.
Sa dernière contribution artistique date de 2011. Il chantait alors sur l'album Laphilo. Cette même année, il fit sa dernière apparition publique à Cayenne, au Moonlight à l'occasion des soirées Mabisaba. « Ma musique est très cosmopolite, déclarait-il en septembre 2011, à France-Guyane. Sur mon album à venir (qui ne sortira pas), vous pourrez trouver six compas, quatre slows, un boléro écrit pour ma fille et un reggae. C'est le meilleur de tous les albums que j'ai faits, j'y travaille depuis deux ans »
Le décès d'Éric Romney a suscité les réactions des élus. Le président de la Région, Rodolphe Alexandre, a rendu « hommage à cette grande figure de la chanson guyanaise [...] qui aura laissé dans notre mémoire collective plusieurs airs indémodables, témoins d'une époque qui faisait la part belle aux chanteurs de charme dont les voix d'or et les mélodies savoureuses savaient nous envoûter. » Il poursuit avec lyrisme « Toi qui as fait chavirer tant de coeurs, tu auras finalement été trahi par le tien! Cette fois c'est bien fini : pas plus que Manuella, tu ne reviendras! Alors Adieu Éric! Repose en paix! Et merci pour tout! » . Gabriel Serville, député et maire de Matoury, s'incline « face à la mémoire du chanteur qui a tant donné à la musique guyanaise. [...] Je retiens la grande qualité de (ses) oeuvres, qui ont beaucoup inspiré les jeunes générations. » Enfin, Marie-Laure Phinéra-Horth a salué la mémoire « du grand crooner guyanais »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

monchou 30.05.2014
Éric romney. Ciao l'ami!!

Reviens manuella, reviens cheriiiiii, je n'aime que toi.......ciao l'ami! Et merci pour tes refrains...

Répondre Signaler au modérateur
Melville 31.05.2014

C'est vrai qu'il était d'une élégance, d'une finesse et d'une sensibilité rares. Cela se sentait jusque dans les textes de ses chansons. Eric était ce que l'on appelle un monstre sacré, à la manière de Sylviane Cédia et de José Sébéloué. Une page se tourne et nous, nous avons les yeux embués et le coeur serré.

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3