En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
THÉÂTRE

Dieudonné ou l'histoire d'un matricule

David RODOREDA Lundi 04 décembre 2017
Dieudonné ou l'histoire d'un matricule
En short, c'est Noël Lafon. Debout, Thierry Sureau. Ils jouent la rencontre entre l'anarchiste Eugène Dieudonné et le journaliste Albert Londres (DRo)

Le metteur en scène Yannick Landry a adapté au théâtre le livre du journaliste Albert Londres, L'homme qui s'évada. Noël Lafon et Thierry Sureau incarnent respectivement le célèbre journaliste et le bagnard Eugène Dieudonné, dans Matricule 41 143 s'est évadé. Nous les avons rencontrés en répétition au théâtre de Macouria, ils préparent leurs trois prochaines représentations.

« Il faut occuper l'espace ! » lance aux l'espace! » lance aux deux comédiens jonchés sur les planches de la scène du théâtre de Macouria, le metteur en scène Yannick Landry. Une préoccupation qui raisonne avec la sombre colonisation de la Guyane, toile de fond de Le matricule 41 143 s'est évadée, une adaptation théâtrale du livre d'Albert Londres, L'homme qui s'évada. Ce vendredi matin, le journaliste engagé Albert Londres et l'anarchiste évadé Eugène Dieudonné se retrouvent sur la terre du bagne, grâce à la magie du théâtre et à la troupe des Vilains Bonhommes.
L'évadé du bagne, joué par Thierry Sureau, s'adresse au journaliste incarné par Noël Lafon : « Albert, je vais vous dire quelque chose de sincère. Au début des entretiens, je n'avais pas confiance en vous, mais vous avez fait renaître en moi l'espoir. » Alors que les deux hommes s'apprêtent à partager un moment de convivialité, la mise en scène s'interroge. Qui prend les verres ? Qui prend les gâteaux ? Yannick Landry n'hésite pas à se rapprocher de la scène, à y monter également. L'objectif est d'être prêt pour les prochaines représentations.
UN TEXTE RÉVOLTÉ ET INDIGNÉ
Celles-ci ne devraient pas manquer de susciter l'enthousiasme du public tant les restitutions des textes du célèbre journaliste et écrivain, celui qui a oeuvré pour l'amnistie d'Eugène aussi bien que pour la fermeture du bagne en Guyane, sont porteuses de révolte et d'indignation. « _Monsieur Eugène, vous avez souffert ?
Ça fait longtemps qu'on ne m'a pas donné du monsieur Eugène. Parce qu'au bagne, c'était Matricule 41 143. Matricule 41 143, corvée de latrines! Matricule 41 143, chez monsieur le directeur! Matricule 41 143, deux mois de mitard! Matricule 41 143 s'est évadé! Et Matricule 41 143 vous l'a mis bien profond!... Excusez mon vocabulaire, monsieur Albert... »
La pièce est à voir au théâtre de Macouria le vendredi 8 déc à 20h et le samedi 9 déc à 18h, 10 euros et 5 euros pour les tarifs réduits.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire