En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Shaquille Design, profession « clippeur »

Pierre ROSSOVICH Vendredi 15 septembre 2017
Shaquille Design, profession « clippeur »
Shaquille Design sur le tournage du prochain clip de l'artiste Stone Vybz, Look nice, qui sortira prochainement (DR)

Depuis quelques années, le nombre de clips guyanais, majoritairement issus de la musique urbaine, explose sur internet. Shaquille Design est l'un des réalisateurs les plus en vue. Portrait.

Son chemin est l'exemple parfait de la débrouillardise. Shaquille Design, de son vrai nom Shaquille Stephen, est un réalisateur de clips qui fait de plus en plus parler de lui dans le département. Le jeune homme de 22 ans a grandi à Cabassou, à Cayenne. Passionné par l'image, il débute par l'infographie qu'il apprend de manière autodidacte : « Je dessine depuis tout petit » , explique-t-il. Dans son quartier de Cabassou, ses amis d'enfance se sont tournés vers la musique : Black Lion, Clay Man, Rasta Ital, Lernesse... Tous intégreront le groupe One Finga au sein du label Magnum Sound. La musique urbaine prend alors de l'ampleur en Guyane. Shaquille deviendra l'infographiste du label en 2013, grâce à Sir Delano. À cette époque, il apprend à manier seul le logiciel Photoshop, installé sur des ordinateurs de son collège Justin-Catayée. Il assiste alors au tournage du clip Épidémie de Rasta Ital (aujourd'hui Boss Faya), réalisé par Cédric Lostyca Simoneau. « Depuis ce jour-là, j'ai voulu devenir réalisateur » , raconte Shaquille. Il réalise ainsi son premier clip en 2014 pour le chanteur Lernesse (Dem nuh bad like me) , à l'âge de 19 ans, avec un appareil Canon 550D. On est encore alors dans l'amateurisme et Shaquille commence à acheter son propre matériel, petit à petit.
La tête sur les épaules, il empoche son bac professionnel restauration en 2015 au lycée Melkior-Garré. Depuis, le « clippeur » s'est fait la main et a réalisé d'innombrables clips pour divers artistes dancehall tels que Jahyanai King (Mo koté), Poplane (Tonbé lajol, Mo bible), Chani Man (Load up, Dem a go...), Dana di baddest (Tout ghetto youth), Lion P...
« ME FAIRE UN NOM »
Shaquille est aujourd'hui le réalisateur officiel du label Waka Man hébergant les chanteurs Poplane et Chani Man. Il a d'ailleurs réalisé pour ce dernier durant la période des vacances trois clips, qui cumulent des centaines de milliers de vues sur Youtube (lire ici notre article : Un "clip d'action" pour Chani Man). « Je n'aime pas le buzz, explique Shaquille. Je travaille sérieusement pour me faire un nom » . Son ambition : poursuivre des études audiovisuelles et devenir réalisateur professionnel. En attendant, afin de continuer à s'équiper, le jeune homme travaille dans une grande surface comme vendeur.
Comment faire un clip
Shaquille nous explique comment se prépare un clip : « L'artiste me contacte. Il faut tout d'abord que le titre m'inspire. Je n'accepte pas n'importe quoi. Si c'est trop explicite, je refuse. Une fois le titre validé, on se met d'accord sur un scénario et un lieu de tournage. Selon les besoins, je fais appel à des figurants. Le jour du tournage, je prépare le matériel. C'est généralement de la musique urbaine, on utilise donc peu de maquillage. Les moyens varient selon l'artiste. On tourne souvent en une journée entière. Ensuite vient l'étape la plus longue : le montage. Cela peut prendre trois jours ou une semaine. Vient ensuite la publication sur internet, puis la promotion via les médias et les réseaux sociaux... » .

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire