France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Qui sera la « révélation de l'année » ?

Pierre ROSSOVICH Samedi 29 septembre 2018
Qui sera la « révélation de l'année » ?
(Kathryn VULPILLAT)

France-Guyane et Le Mag sont partenaires des Lindor et présenteront ce soir la catégorie Révélation de l'année, pour laquelle Wishann Asma, Gayah, Kelyan Horth, Mahova Bladas et T2I sont nommés. Présentations avant la grande soirée.

GAYAH
Gayah est un artiste reggae-dancehall qui lui aussi réside dans l'Hexagone. « Je fais le va-et-vient avec la Guyane pour pouvoir étendre ma culture, mon créole, mes valeurs » , souligne le chanteur. Celui qui a débuté sous le pseudonyme Gentleman973 a pris le nom de Gayah pour mieux se définir : « Gayah, c'est le Dieu de la terre, ça représente ma terre natale, la Guyane, et en créole guyanais cela veut dire vaillant, qui ne lâche rien » . Celui qui évolue dans la musique depuis maintenant neuf ans ne réfute pas pour autant le terme « révélation » : « c'est un terme vaste. Une année, Gifta a remporté ce prix et il est dans la musique depuis archi-longtemps. Le grand public me découvre aujourd'hui » . Ce soir au Zéphyr, Gayah interprétera Ma lettre au monde, son dernier single, également nommé dans la catégorie Meilleur clip de l'année. « On va s'amuser. On prend la musique au sérieux, mais on veut aussi se faire plaisir et faire plaisir au public. »
WISHANN ASMA
Membre du groupe AMC (Almighty Crew), ce natif de Saint-Laurent a quitté la Guyane à 17 ans et est actuellement basé au Mans. Ne lui demandez pas s'il est un chanteur dancehall, Asma se définit comme un artiste tout court. À 27 ans, il développe aujourd'hui son personnage de « bad boy lover » : « Pas un bad boy à 100% ni un lover à 100%. J'explique comment un bad boy voit l'amour. Et Dieu sait que les bad boys n'aiment pas parler de leurs sentiments! » . Le petit frère du groupe Damaniak interprétera ce soir le titre Plus l'temps. L'histoire d'un bad boy - justement - qui explique à sa compagne qu'elle n'aurait pas du envoyer sa copine pour tester sa fidélité. « Aujourd'hui il n'a plus le temps et il continue sa vie » . Wishann Asma voit loin.« Je vise le national » , lance-t-il.
MAHOVA BLADAS
(Kathryn VULPILLAT)
Le groupe des frères Cippe est nommé dans deux catégories : Révélation de l'année et Album musique traditionnelle ou d'inspiration traditionnelle. Steeve Cippe est également nommé dans la catégorie Compositeur. Le groupe Mahova Bladas est composé de Steeve Cippe, Hugues Levaillant, Ivan Dumas, Pierre-Marie Levaillant, Thierry Cippe et Simon Turpin. « Mahova veut dire tambour en créole guyanais, explique Steeve Cippe, comme tanbou savann, ou zépé péyizan. Quelque part c'est cela que l'on défend : la place du tambour dans la culture guyanaise » . Le « son » Mahova Bladas se veut un mélange des musiques actuelles nourries aux traditions. Les membres du groupe, d'horizons différents, réunis autour du tambour, apportent leurs influences et leur « vision du partage » . Un premier album portant le nom du groupe est déjà disponible sur les plateformes numériques, et un deuxième est en cours. « On voudrait que les Guyanais viennent à nos concerts, intervient Steeve Cippe. Qu'ils ne nous découvrent pas seulement sur Facebook. Il faut voir en live l'énergie du groupe. » La prochaine date sera le 26 octobre au Coco Soda à Cayenne.
T2I
(Kathryn VULPILLAT)
Artiste « guyanais, Rémois d'adoption » , comme il se définit lui-même. De son vrai nom Jean-Denis Baal, le rappeur T2i est totalement imprégné de culture hip-hop. Alors qu'il officie musicalement depuis douze ans, il se fait remarquer cette année avec un nouveau concept : le « rap fruité » , mi-chanté mi-rappé. « La base de mon projet est le sampling de sonorités afro-descendantes » , explique-t-il. Sa musique est ainsi parsemée de samples de Kassav, kasé kò, aléké, ou encore de Seu Jorge comme le titre Vem cà qu'il interprétera ce soir sur la scène du Zéphyr. « Une façon de revenir aux bases du hip-hop qui est né du sampling » pour ce graphiste de métier qui soigne son univers visuel comme le prouve le clip de Vem cà. « Propagez le fruit! »
KELYAN HORTH
(Kathryn VULPILLAT)
Basé à Paris, le pianiste Kelyan Horth se dit « artiste depuis peu » . En fait, la sortie de son premier album Mesmeric Man date de l'an dernier. « Je suis alors passé de musicien à artiste » , explique-t-il. Sa musique, il l'a définit lui-même en ces termes : « J'aurai du mal à dire jazz, car ça reste un milieu très éclectique où il y a une très grosse compétition et où il faut être un génie pour en faire. J'en suis très loin! Je dirais plutôt jazz fusion, car je mélange les influences caribéennes, funk, gospel... » . Kelyan Horth semble d'ailleurs très actif puisqu'il vient de sortir la première partie de son second projet Héritage d'un Roi, des poèmes de son père Daniel-Blaise Horth mis en musique. La deuxième partie sortira début 2019. Enfin, il travaille également sur un projet sur la traite négrière et l'esclavage. « J'essaie d'avoir un partenariat avec Radio France pour pouvoir jouer avec l'orchestre symphonique » , nous confie-t-il.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3