France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Mista Teedjih se révèle au grand jour

Pierre Rossovich/Photos : Kathryn Vulpillat (pour le Mag) Lundi 23 Octobre 2017 - 10h30
Mista Teedjih se révèle au grand jour
Mista Teedjih, lindorisé révélation de l'année 2017

Sa musique est à l'image d'une jeunesse ouverte à diverses influences. Le grand public découvre aujourd'hui Mista Teedjih. Portrait.

Fraîchement lindorisé révélation de l’année, Teedjih officie dans l’underground guyanais depuis quelques années. Né à Cayenne, Janick Thoris de son vrai nom a grandi à Saint-Laurent, aux côtés de sa mère, la chanteuse Yvane Thoris. C’est d’ailleurs lui que l’on aperçoit, enfant, dans le clip de la chanson Pou ich mwen.

Naturellement, Teedjih a grandi à travers la musique. Depuis petit, il baigne ainsi dans le folklore guyanais et a appris le tambour encore enfant dans les groupes Lauriers roses de Cayenne et Katoury de Saint-Laurent. De cette initiation culturelle, il a conservé une certaine ouverture d’esprit qui se ressent aujourd’hui dans sa musique : « Même si je me définis comme un artiste reggae, car c’est ce qui m’emporte, je ne peux pas me focaliser que sur un seul genre musical », répond-il.

Reggae, dancehall, trap, acoustique, bientôt zouk… Teedjih fait ce qui lui plaît. « J’aime être différent, c’est une question d’éducation », lâche-t-il. Teedjih a à la fois un côté simple et un côté fou. Ce qui a séduit le public des Lindor au Zéphyr le 30 septembre , lorsqu’il y a interprété le titre Pa fâché, qui lui a valu d’être élu, grâce au vote du public, révélation de l’année. Mista Teedjih a aussi remporté le prix du single de musique urbaine.
Utiliser la musique à bon escient
En 2014, le jeune homme remportait déjà le concours Dancehall Monsters, qui lui a permis d’enregistrer un single produit par le Guadeloupéen Krys et son label Step-Out Production, intitulé Mo lé. Depuis, le chanteur a mûri vocalement et a étoffé son style. Comme le prouvent ses clips, Teedjih accorde beaucoup d’importance au visuel, qu’il utilise pour mieux faire passer ses messages.

Enseignant au lycée professionnel Lumina-Sophie à Saint-Laurent, Teedjih fait d’ailleurs très attention aux messages qu’il diffuse. « Je le vois sur mes élèves : les chanteurs ont de l’influence sur eux. Il faut utiliser la musique à bon escient », déclare-t-il.

Alors qu’il prépare actuellement un mini-album avec son équipe River Side Music, Teedjih avoue ne pas encore savoir s’il veut vraiment faire une carrière musicale : « C’est le public qui décidera si je me consacre entièrement à la musique ». Inspiré par ses aînés de Saint-Laurent Génobri, Skandalyze, Sugar Kawar et Maxxy Dready, Teedjih avance à son rythme. Ces Lindor en poche, il fait aujourd’hui partie des valeurs sûres de la musique urbaine guyanaise, comme le prouve sa présence en tant qu’invité sur Antidote, un titre du premier album de Lesnah.



L'an dernier à la fête de Cayenne -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire