En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Marsèl Blood, pionnier du reggae guyanais

Pierre Rossovich Lundi 27 Juin 2016 - 11h53
Marsèl Blood, pionnier du reggae guyanais

Difficile de parler de l’histoire du reggae guyanais, ni même d’ailleurs de celle du reggae français tout court, sans évoquer Marsèl Rahguel Blood. Car, même si tout le monde ne le sait pas, l’homme est présent depuis les premiers balbutiements parisiens de cette musique jamaïquaine.

En fevrier dernier Marsèl Blood sortait un nouvel album 5 titres intitulé Aux autres, avec le Reggae Band Oridjeenaly. « L’inspiration m’est venue en regardant la télé un reportage en Haiti où l’on montrait des enfants qui mangeaient des galettes d’argile, raconte Marsèl. C’est un scandale que des humains puissent arriver à de telles extrémités alors que dans les palaces de la société on trinque et c’est buffet à volonté ! C’est con ce que nous sommes en train de faire parce que les autres ; c’est nous ! » Comme à son habitude, Marsèl Blood livre avec Aux Autres des lyrics conscients et nous parle de la vie, d’amour, d’injustice, d’espoir et de fraternité. Le chanteur n’oublie pas de rendre hommage à sa femme, Nidy Aelinirina, originaire de Madagascar, avec qui il fête cette année ses 36 ans de mariage. Cette sortie musicale a été l'occasion pour le magazine national Reggae Vibes de consacrer une page à Marsèl Blood en tant que foundation du mouvement. Originaire de Régina, Marsèl a grandi à la rue René Jadfard —anciennement rue Damarath— auprès de sa mère Louise Malacarnet. Il quitte ensuite le département et passe une partie de son adolescence en région parisienne. Avec son camarade de lycée, Christian « Kriss » Damo, il crée Ras Negus en 1979. Le groupe joue alors dans le métro parisien et Marsèl tient le rôle de bassiste-chanteur. « On était encore chez les parents et on jouait dans le métro pour se payer la carte Sacem », nous raconte Marsèl. La scène reggae française est alors encore embryonnaire.

En 1982, Marsèl Blood et Ras Negus sont contactés par l’office du tourisme algérien pour venir chanter dans le pays. « Probablement le premier groupe de reggae à s’y produire », note Reggae Vibes. « On a tourné durant un mois en plein ramadan », se rappelle Marsèl. Une expérience qui le marquera.

Le groupe se sépare ensuite alors que Kriss Damo est recherché par l’armée pour faire son service militaire. Rahguel monte un nouveau groupe du nom de Krucial Age et, en 1987, sort Garde le temp/Wakie sur la compilation France Connection (Écoutez ci-dessous). Le titre sortira la même année en 45t sous le nom Wakie ( Six francs, six sous, ndlr) avec, en face B, Jocelyne Tarcy et La mélodie du bonheur (Louise production). Wackie va devenir un véritable hit en Guyane et « décomplexer la scène guyanaise à chanter en créole local », note Reggae Vibes.

Au début des années 90, Marsèl arrête le groupe pour se consacrer à la fabrication d’objets artisanaux et développe la marque Ilumah Wetuh avec sa femme. Le couple a créé l’association les Musiciens du partage, grâce à laquelle ils importent plus de 5 000 livres en Guyane, dans les bibliothèques municipales de Régina, Roura, Mana, Saint-Georges, Sinnamary… Marsèl continue néanmoins à participer à divers projets musicaux. Il compose et écrit ainsi l’album Tabon de Francine Julius sorti en 1997 (Zanpanla, Ralé mo cannon). En 2013, il s’est rappelé à notre bon souvenir avec le tube Trop palé bam bam, produit par Thierry Pyromane Debel ; qui lui a valu une nomination aux Lindor. Puis Le roots sur le triple R riddim ou encore Un endroit à part.

archives TV Magazine 1998 -




Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire