En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

L'éclosion du piko

Pierre ROSSOVICH Samedi 27 janvier 2018
L'éclosion du piko
Snipa : « C'est la musique qui m'a sauvé » (Kathryn Vulpillat)

Le chanteur Snipa vient de sortir sur internet son premier album intitulé Éclosion. Portrait d'un jeune passionné de musique.

Né d'une mère surinamaise et d'un père guyanais, Snipa, de son vrai nom Ulrich Samson, a grandi à Cogneau-Lamirande, à Matoury. Comme chez la majorité des jeunes de son âge, sa première rencontre avec la musique a eu lieu à l'école lors des fameux cours de musique et chant. Pour le jeune Ulrich, la musique deviendra vite une passion. Un moyen de s'évader aussi. Car le jeune homme a connu une enfance compliquée. Abandonné par sa mère, il est placé en famille d'accueil. Il change souvent de foyer. « Pratiquement toute ma jeunesse, ça a été comme ça » , commente-t- il sobrement. Snipa commence la musique avec ses copains dans le quartier où il s'enregistre alors sur des téléphones portables. Il persévère et se fait d'abord repérer par le chanteur Dasinga, qui lui fait enregistrer son premier titre. Dasinga part ensuite dans l'Hexagone et Snipa passe par le label 18K avant de se lancer seul. Il monte son label qui connaît plusieurs noms : Snip'prod, Authentik Music, avant de se décider pour Da piko records. « J'avais tendance à sortir beaucoup de titres sur internet. Un DJ m'a traité de pikolet, l'idée m'a plu » , raconte-t-il. « Dès que j'entends un riddim, la mélodie me vient toute seule, puis les paroles. Ce n'est que maintenant que j'ai décidé de me concentrer et de vraiment travailler un morceau avant de le sortir. »
TOUCHE-À-TOUT
Snipa est donc dorénavant à la tête du label associatif Da Piko, regroupant plusieurs jeunes de son âge. Et c'est donc via ce label que le chanteur décide de publier son premier album-web Éclosion, en téléchargement libre sur sa page Soundcloud Snipa Da Piko. Un opus livré gratuitement « pour remercier le public qui me suit et tous ceux qui me soutiennent » , précise l'artiste. Un premier effort travaillé par Snipa comme une « carte de visite » , « pour montrer que je suis un touche-à-tout » . Éclosion oscille ainsi entre le dancehall, le zouk, le reggae... Snipa y témoigne évidemment de son amour pour la musique, qui représente pour lui une véritable « thérapie » : « Les jeunes doivent trouver quelque chose à quoi s'accrocher, que ce soit la musique, le sport, l'écriture, la lecture... où ils peuvent se réfugier en cas de problèmes. Moi, c'est la musique qui m'a sauvé. » Et s'il n'y a que « la musique et les femmes dans (sa) tête » comme il le chante, Snipa sait aussi aborder d'autres sujets, comme il l'a prouvé récemment avec le titre Montagne d'or, dans lequel il clame son opposition au projet minier. « Je suis le projet à travers les réseaux sociaux et je me demandais comment m'impliquer. Du coup, j'en ai fait un titre. » Le clip sortira bientôt, financé par le collectif Or de question et les 500 Frères. Du haut de son jeune âge, Snipa se démarque par sa persévérance. S'il ne vit pas encore de la musique, il compte bien lui faire traverser les frontières et se professionnaliser. Un artiste guyanais à soutenir, en commençant par écouter sa musique.

>

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire