En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

K-Reen : "Il faut savoir piquer les gens"

Pierre Rossovich/Photos : KV Lundi 4 Septembre 2017 - 10h12
K-Reen : "Il faut savoir piquer les gens"

Après 20 ans de carrière, K-Reen parvient encore à surprendre le public, comme le prouve son duo avec Lesnah Soleil de ma vie, porté par un clip inattendu. Rencontre avec une valeur sûre de la musique guyanaise qui cherche toujours à se dépasser.

L’adage selon lequel nul n’est prophète en son pays s’applique-t-il à K-Reen ? Car si la carrière de la chanteuse est loin de toucher à sa fin — en tout cas on le lui souhaite- celle-ci a débuté il y a une vingtaine d’années dans l’Hexagone. La Guyane l’a reconnue bien après. En effet, dans les années 90, Karine Patient de son vrai nom était LA voix R&B du rap français. Oxmo Puccino, Mystik, Def Bond… On ne compte plus ses duos à succès enregistrés à cette période. Une empreinte qu’elle a laissée et qui lui a valu de participer cette année à la tournée « L’Âge d’or du rap français » à travers la France pour une vingtaine de dates et un Bercy. K-Reen le dit elle-même, son ADN c’est le hip-hop.

Mais en tant que Guyanaise, le zouk ne lui était pourtant pas étranger. « Le rap a longtemps détesté le zouk, souffle- t-elle. C’est devenu possible de faire les deux lorsque le zouk a glissé vers le R&B avec des artistes comme Jean-Michel Rotin ». Son premier tube zouk, K-Reen le signe en 2002 : Permission de sortir, puis Viens danser avec DJ Wilson en 2008. Depuis, elle continue son exploration zouk. Après deux gros tubes avec Mainy (Je sais et Pa si mové), elle a signé cette année le titre Sensasyion (voir ci-dessous) qui rencontre un joli succès.
"Le zouk est un peu trop lisse"
K-Reen a également marqué les vacances en Guyane avec la sortie d’un duo inattendu avec Lesnah : Soleil de ma vie (voir ci-dessous). « Je travaille très vite, raconte la chanteuse. J’ai écouté ce qu’il faisait, j’ai aimé, j’ai voulu le rencontrer. Ça c’est fait comme ça. Je voulais qu’il apporte une touche créole sur le titre ». Au-delà du titre en lui-même, c’est surtout le clip qui a suscité l’intérêt du public : une histoire d’amour entre une femme et un homme plus jeune qu’elle. « J’aime les histoires qui finissent mal, rigole K-Reen. Et puis il faut savoir piquer les gens et prendre des risques ». K-Reen la couguar ? « Une femme mûre qui tombe amoureuse d’un petit jeune, ça existe dans la vraie vie, même si c’est tabou ! ». Une manière de faire réagir le public pour cette chanteuse urbaine qui trouve le zouk encore « un peu trop lisse ».
" Je ne suis pas à l’ancienne "
K-Reen a la chance de vivre de la musique depuis 20 ans, en tant qu’auteur, compositeur, interprète et choriste. Elle s’adapte ainsi au nouveau mode de consommation de la musique, qui donne autant d’importance au visuel qu’au son : « Je ne suis pas à l’ancienne, même si je suis une l’ancienne ! Aujourd’hui quand on a une bonne chanson il faut un bon clip ».

K-Reen sortira prochainement un kompa love avec Jim Rama, intitulé I don’t know : « Le rythme kompa me plaît car je peux y chanter en mode R&B et zouk à la fois. Je ne tiens pas à refaire ce que j’ai déjà fait, je cherche tout le temps à me dépasser ».



 
 
L’AVENTURE COLLECTIF GAYANIZ
C’est en 2015 qu’elle rencontre Sista Sony en Guyane. « On n’a pas fait de titre tout de suite », raconte K-Reen. Leur première collaboration sera un succès : Collectif Gayaniz. Sony raconte : « J’ai organisé une séance studio ouverte à tous. K-Reen, Linda Rey, Sand-Rah et Mamy Polanco ont répondu ». Le groupe était né. Après deux titres et deux succès ( Collectif Gayaniz, Bass gyal ki la), le Collectif prépare actuellement la sortie de son troisième titre, intitulé. C’est très triste, sur une reprise du Bam Bam riddim, composé par F-Side. Le titre sortira avec un clip réalisé par Lyris Haye.
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3