En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

Just Rasta relance Ayen ki reggae

Propos recueillis par L. M. Lundi 13 novembre 2017
Just Rasta relance Ayen ki reggae
Le chanteur kouroucien Barron, devant le marché couvert, samedi soir (LM)

L'association Just Rasta et Atipa Records ont organisé leur deuxième soirée Ayen ki reggae, samedi au marché couvert. Au programme : street party avec El Barron, Jaken et Lephan, exposition roots art et grillades. Jean-Marc Boulanger, président de Just Rasta, explique cette relance du mouvement Ayen ki reggae.

Quel est le but de l'association Just Rasta ?
Le but de l'association est de faire revivre ce que nos grands-parents ont connu dans le passé, la culture qui est en train de disparaître. Avec Just Rasta, on essaie de remettre ça au goût du jour au niveau de la gastronomie, de l'agriculture, de l'artisanat et surtout de la documentation au niveau de nos grands frères noirs qui ont fait tant pour nous et qu'on ne connaît pas.
Qu'est-ce que les soirées Ayen ki reggae ?
C'est un événement qu'Abdul et moi avons décidé de mettre en place. C'est un concept qui existait déjà à Kourou, Cayenne et Saint-Laurent du Maroni. À Kourou, il n'y a pas trop de mouvements reggae. Nous le remettons au goût du jour en ajoutant une partie artisanat, gastronomie et documentaire. Avec la musique, ce sont les quatre grands volets de Just Rasta. Un concert de reggae, ce n'est pas seulement venir écouter de la musique, mais c'est venir pour apprendre.
Pourquoi tout cela n'existait-il plus ?
On est jeune, on a besoin de fonds et il faut se faire connaître. Il faut préparer tout ça. On ne fait pas pour faire, mais pour laisser quelque chose derrière nous. C'est ce qu'on appelle travailler dans l'ombre.
Les membres de l'association Just Rasta et d'Atipa Record, tous issus de Kourou, Macouria, Saint-Laurent du Maroni et de Cayenne venus nombreux participer à l'événement. (LM)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire