En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
VENDREDI CULTURE

« Être pacifique n'a rien donné »

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH Vendredi 13 avril 2018
« Être pacifique n'a rien donné »
(Ramon Ngwete)

Sista Sony vient de sortir un nouveau titre, Sunshine, accompagné d'un clip. À cette occasion, la chanteuse, qui officie depuis 20 ans déjà, donne son avis sur les questions d'actualité qui occupent la Guyane.

Présentez-nous votre nouveau titre Sunshine (*)
C'est un titre reggae urbain dans l'air du temps. Une chanson qui parle d'amour, composée par le Guyanais BlessToKô Records. Je l'avais premièrement enregistré en 2013, mais elle était restée à l'état de projet. En me baladant dans la cité Zephir où j'habite, je suis tombée sur le chanteur Phylosophy qui m'a reparlé de cette chanson car BlessToKô est son cousin. On s'est recontacté, il a refait le riddim, j'ai reposé mon texte et voilà!
Depuis l'avènement des réseaux sociaux, avez-vous une manière différente de communiquer sur vos chansons ?
C'est vrai qu'avant mon titre Je veux du sun (sorti en 2015, NDLR), je ne communiquais pas de la même façon sur ma musique. Tout simplement car avant, les médias venaient vers moi dès que je sortais quelque chose. Il y avait alors beaucoup moins de chanteurs sur la scène reggae-dancehall. Je n'avais pas besoin de faire ce travail qui est aujourd'hui indispensable. Je m'y mets... Disons qu'avant, Facebook n'était pas un moyen de faire ma pub. Maintenant oui.
Les réseaux sociaux sont-ils pour vous un bon outil ou une contrainte ?
Il y a des jours où ça me gave! Mais quand tu es artiste, tu es obligé d'être présent sur les réseaux. WhatsApp par exemple est un bon outil s'il est bien utilisé. Le concept de groupe sur WhatsApp a tendance à me fatiguer. Il y a des groupes qui ressemblent à des sectes! (rires)Il faut dire bonjour à 200 personnes tous les jours! Ça prend du temps...
Regrettez-vous le côté voyeurisme qui va avec ?
Comme je dis : « Mourons bien » ! Car s'il t'arrive quoi que ce soit de bizarre, tu finis sur WhatsApp. Les gens n'appellent plus les secours, ils prennent des photos... C'est un peu dommage, beaucoup même. Je n'ai pas cet automatisme de dégainer mon portable.
C'est une question de génération. Montrer quelqu'un qui n'est pas à son avantage, j'évite. Mais c'est pire dans d'autres pays. Les journaux brésiliens ou dominicains sont sans limites par exemple!
On vient de fêter le premier anniversaire du mouvement social de 2017. Quel est votre sentiment sur l'année écoulée ?
Rien n'a changé. Au début du mouvement social, j'y ai vraiment cru. Je me suis dit « enfin! » . Puis la tournure qu'il a pris n'allait dans mon sens. On va me trouver extrême, mais être pacifique n'a rien donné. Un vrai changement implique une révolution et donc une guerre. Je n'appelle pas à la violence, mais nous sommes passés pour des pantins. Certains se sont servis de ce mouvement pour se mettre en avant. Non seulement, on n'a rien obtenu et en plus on s'est divisé!
Vous avez marché le 28 mars 2017 ?
Oui, j'étais émue, j'étais fière. J'y ai cru... Cette année, je n'y suis pas allée. Le mouvement ne s'est pas terminé convenablement selon moi.
Avez-vous le sentiment que la violence a baissé en un an ?
Ça a un peu baissé en effet. Je ressens moins de pression. Mais il y a de la violence dans tous les pays. C'est par période. Il faut plus de présence policière dans les quartiers chauds, pas seulement sur les routes.
Vous êtes pour l'indépendance de la Guyane ?
Non. Nous ne sommes pas prêts! Plus de la moitié de la population active est dans un bureau, en mode fonctionnaire. On n'arrive même pas à se nourrir nous-mêmes. Plantez, commencez à cultiver. Prenez de la terre. Arrêtez de critiquer les étrangers qui s'installent partout parce qu'ils n'ont pas le choix. Faites pareil! Je parle pour les gens qui se plaignent. Ceux qui sont contents, qu'ils continuent à vivre comme ils vivent.
Sista Sony : « Je n'appelle pas à la violence mais nous sommes passés pour des pantins » lors du mouvement social de mars-avril 2017 (Ramon Ngwete)
Comment avez-vous vécu la coupure internet de mars dernier, qui a duré deux semaines ?
J'étais enragée. J'avais l'impression d'être au bagne. Un bagne moderne où on aurait le strict minimum. Les coupures d'électricité, dans l'Hexagone, ils ne connaissent pas cela. Chez nous, c'est normal!
Le Centre spatial guyanais fête ses 50 ans de lancement...
Joyeux anniversaire mais ça ne change rien à la vie des Kourouciens. Vous avez vu l'état de la ville spatiale ? Le minimum que le centre spatial pourrait faire serait de nous donner des routes. Des 4 voies, des échangeurs, des ponts... Leurs camions utilisent bien les mêmes routes que nous, non ?
Quelle est votre position sur le projet de la Montagne d'or ?
Je ne serai favorable que si, et seulement si, des formations sont mises en place pour que les jeunes puissent y travailler ensuite. Des formations en rapport avec le minier, dans tous les métiers nécessaires, qui débouchent sur des emplois. Si c'est dans ce but-là, oui. Si c'est pour venir chercher l'or et ne pas donner de travail aux gens, non. Ne nous laissons pas piller. Il faut que tout le monde mange!
Un dernier mot ?
Pa pédi espwa! (ne perdez pas espoir) J'ai une grande vision pour le pays. On ira loin, même si c'est dans soixante ans.
(*) Sista Sony : Sunshine, disponible en téléchargement légal et en streaming. 
En plus
COUP DE COEUR
« La nouvelle chanson de Cornélia Birba et des frères Leter : Cono rivé. »
LES GUYANAIS QUI L'INSPIRENT
« Léon-Gontran Damas, Christiane Taubira, Justin Catayée, Lucie Décosse, Yann Cléry... »
PROJETS
« Un titre afrobeat pour très bientôt, un style complètement différent de ce que je fais d'habitude » .
>

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 14.04.2018

"être pacifique n'a rien donné"

Bonjour la découverte. Mieux vaut tard que jamais.

Répondre Signaler au modérateur
voilà 14.04.2018
???

On aurait dû faire la guerre et cela nous aurait amener à quoi??La montagne d'or va détruire la Guyane et comme pour le spatial la Guyane n'y gagnera rien et les jeunes non plus car une fois tous les bénéfices tirés, tous ces jeunes seront à la rue.

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 13.04.2018
Quand une "artiste" s'exprime ...

Sista Sony : « Je n'appelle pas à la violence mais nous sommes passés pour des pantins »
Il aurait fallu "casser" quoi ou qui ?

Le projet de la montagne d'or n'est qu'un problème de formation pour nos habitants ?
Elle ne doit pas parler d'écologie dans ses chansons. Sujet actuel pourtant.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 13.04.2018
enragée ?

pauvre petite, on lui a coupé internet alors elle était "enragée" ??? dramatique de bêtise, mais elle a l'excuse de la jeunesse, les autres, c'est quoi leur excuse ?

Répondre Signaler au modérateur