France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Bamby : « Chacune d’entre nous a son rôle à jouer »

Propos recueillis par Christine Guichard Lundi 12 Mars 2018 - 18h12
Bamby : « Chacune d’entre nous a son rôle à jouer »

La dynamique et sensuelle Bamby, à 26 ans, est aujourd’hui bien en place dans le monde artistique. Installée à Paris depuis quelques années, et avec plus d’un million de vues sur chaque clip posté, elle poursuit son ascension. Elle vient de gagner le prix Dancehall en collaboration avec Jahyanai aux Hit Awards. Rencontre.

Pourquoi avoir choisi Bamby comme nom de scène ?
C’est un nom qui m’a été donné depuis mon plus jeune âge par ma famille. Je l’ai choisi par amour afin de leur faire un clin d’œil.
Comment cette aventure dans le dancehall a-t-elle commencé ?
J’ai le dancehall dans le sang. C’est une aventure que je mène depuis mon plus jeune âge, pas en chantant mais en dansant. Je partage cet amour pour le dancehall depuis la 6e avec Jahyanai que j'ai connu lors de la rentrée scolaire. Néanmoins, je chantais ou fredonnais beaucoup une fois que je me retrouvais chez moi. Mon mentor, Jahyanai, a toujours cru en mon potentiel dans la musique. Il y a trois ans, il m’a suggéré d’arrêter de partager ce talent avec mon miroir et de venir travailler avec lui en studio afin de réaliser de beaux projets.
Étiez-vous prédestinée à cette carrière ?
Écoutez, j’ai la nette impression que tout est écrit dans la vie. Donc si aujourd’hui je chante, peut-être que mon destin était celui-ci. En tous les cas, j’en suis ravie. Ce que je fais m’épanouit complètement.
Est-il nécessaire de jouer sur le tableau sensuel pour faire du dancehall quand on est une femme ?
Pas forcément. Cela reste une question de personnalité. J’ai toujours été sexy et coquette. J’ai toujours parlé de sexe sans tabou et je souhaite à tout le monde de pouvoir le faire sans être gêné car cela fait partie de la vie.
Quels messages souhaitez-vous faire passer dans vos textes et vos clips ?
Je souhaite faire passer l’image d’une femme qui s’assume, qui est forte et qui peut évoluer dans un milieu avec 80 % d’hommes. Je pense correspondre à la définition du rien n’est impossible.
Justement, d’où vous vient cette force et cette assurance ?
Je ne sais pas, peut-être que mon caractère, mon éducation et peut-être aussi que ma volonté de bien faire m’aident à réaliser tout cela.
Quels sont vos projets ?
Bien évidement mes projets sont d’ordre musical. Nous enchaînons beaucoup de séances studio avec mon équipe afin de vous faire partager des moments de plaisir.

Jahyanai King et Bamby sur le tournage du clip de Who mad again / Photo DR -
Avez-vous conscience d’être un modèle pour certaines jeunes filles ?
J’en suis consciente et je travaille pour ces jeunes filles. En travaillant dur, je témoigne que dans la vie tout est accessible. Il y aura parfois des obstacles, des choses négatives mais il faut toujours garder le bon cap. Il faut toujours positiver et se dire que demain sera meilleur.
Est-ce une responsabilité que vous assumez ?
Dans la vie, je ne recule devant aucune difficulté et assume tous mes choix et actes.
Avec plus d’un million de vues sur chacun de vos clips, est-il facile de rester soi-même quand on est artiste ?
Tout part d’une bonne éducation je pense. C’est aussi une question de personnalité, rien ne pourra me changer. Dites-vous que les personnes que vous croisez en montant sont les mêmes que vous pourrez recroiser en redescendant donc autant rester humble.
Quelles sont vos principales valeurs ?
Mes principales valeurs sont claires, nettes et précises : loyauté, respect, positivité et humilité.
Félicitation pour votre prix ! Quelle est votre réaction par rapport à la victoire aux Hit Local Awards en collaboration avec Jahyanai ?
On travaille d’arrache-pied donc pour nous cela est une consécration. Savoir que notre travail est reconnu apporte évidemment un plaisir inouï
Cette semaine, il y a eu la Journée des droits des femmes. Avez-vous un message particulier à partager à ce sujet avec nos lecteurs ?
Pour répondre à cette question, je dirais comme Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme, on le devient. » Depuis 1977, les Nations Unies ont choisi la date du 8 mars pour célébrer la femme partout dans le monde. Cette journée permet d’assurer un suivi progressif de l’amélioration de la condition de la femme, et de mesurer son implication dans l’évolution de l’humanité. Alors que nous constatons partout que les femmes et les filles vivent mieux et sont mieux considérées dans le monde, nous prenons d’autant plus conscience des écarts qui existent encore dans les mentalités dans d’autres pays. Cependant on constate qu’aujourd’hui, nous, femmes arrivons à nous affirmer dans la société.
Avez-vous un message particulier pour la femme guyanaise ?
Cette journée est également l’occasion pour nous, femmes guyanaises, de prendre conscience des défis qu’il reste à relever, ainsi que des opportunités qui nous sont offertes pour nous réaliser. Chacune d’entre nous a son rôle à jouer dans la construction de notre Guyane pour les générations futures. Et pour citer Victor Hugo : « Si Dieu n’avait fait la femme, il n’aurait pas fait la fleur. »

• Le dernier clip de Bamby : "Bad from mi born"

>

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème