France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

A pa mo ki di

Vendredi 07 septembre 2018
OÙ SONT LES FILLES ?. À quelques heures de la clôture des candidatures à Miss Guyane, force est de constater que rares sont celles qui souhaitent surfer sur la vague « Alicia Aylies » . Et pourtant, un tel sacre ouvre la porte à une vie de princesse dont rêvent toutes les jeunes filles. L'heure est peut-être venue pour les coordinateurs nationaux de l'élection de repenser les critères de sélection. Bref, d'alléger la liste des contraintes qui font peut-être qu'aujourd'hui, de moins en moins de candidates frappent à la porte. Difficile de trouver une demoiselle sans tatouage de nos jours, quand en plus il faut qu'elle soit de telle taille, célibataire, sans enfant, de taille mannequin.
Allô ? La société change, les filles aussi...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Directrice 08.09.2018

Ou peut-être que toutes les jeunes filles ne rêvent pas de cette "vie de princesse". Hé oui, la société change, les filles aussi ;)

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 07.09.2018

« Et pourtant, un tel sacre ouvre la porte à une vie de princesse dont rêvent toutes les jeunes filles. »
Et vous osez écrire la société change ? Pas votre côté rétrograde des aspirations féminines visiblement...pauvre Guyane.

Répondre Signaler au modérateur