France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

A pa mo ki di

Jeudi 09 août 2018
IMMIGRATION : LE DIFFICILE CALCUL DU COÛT. Si, en 2017, la France a dépensé 33,3 millions d'euros en frais d'éloignement, comprendre en billets de trains, d'avion ou de bateau pour expulser un sans-papier, c'est-à-dire une moyenne de 818 euros par personne, en Guyane, on imagine facilement que c'est le grand écart. Entre les migrants expulsés en avion via Paris, une option qui par ailleurs n'améliore pas beaucoup notre bilan carbone, d'autres par hélicoptère et certains par des moyens comme le bus ou la pirogue, les prix varient du simple à un facteur qu'il est difficile de quantifier. À ce tarif moyen, il faut le rappeler, s'ajoute le coût de la garde et de l'escorte policière, les frais de procédures, etc. Le coût de la lutte contre l'immigration, est un calcul financier et humain difficile à établir...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

jml973 09.08.2018

Même s'il y avait une volonté politique de ne pas les laisser rentrer afin de faire respecter la loi (je ne crois pas que ce soit si compliqué que ça de mettre des patrouilles permanentes sur le Maroni et l'Oyapock), nous avons toujours le problème d'organisations comme la Cimade ou de soit disant humanistes qui sont là pour aider les migrants à profiter de n'importe quelle faille du système. Ou bien de ces filière de passeurs qui s'en mettent plein les poches pour les faire entrer sur le territoire français. L'immigration profite à trop de gens quand ces sommes délirantes pourraient profiter au bon développement de nos régions. Les migrants se moquent ouvertement de nos lois et de la protection de nos frontières. A quand de vraies patrouilles de la PAF, en nombre et dissuasives, à Saint Laurent et à Saint Georges ?

Répondre Signaler au modérateur
joko973 11.08.2018

Les secteurs de construction d'habitat spontané sont connus et au vu de tous. Vous voyez beaucoup de patrouilles de la PAF dans ces secteurs ? à croire qu'ils patrouillent partout où les clandestins ne sont pas, pourquoi ?

Répondre Signaler au modérateur
joko973 09.08.2018

Le meilleur moyen d’économiser sur les expulsions serait de ne pas les laisser rentrer...

Répondre Signaler au modérateur