En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

A pa mo ki di

Samedi 09 décembre 2017
UNE VIE APRÈS LES LUTTES. Après Mikaël Mancée cette semaine, voilà qu'une autre figure emblématique du mouvement de mars et avril 2017 alimente les conversations ici et là.
« Et, tu as entendu dire que Monique Guard enseigne les mathématiques dans une section spécialisée de l'Éducation nationale ? » Certains répondent « oui, et alors ? » , quand d'autres semblent surpris du parcours (qu'ils qualifient de « fulgurant » ) de celle qui a été de toutes les manifestations au sein de son association Citoyennes et citoyens. Elle s'est notamment occupée avec autorité et brio de l'animation du rond-point de la Crique Fouillée. Comme quoi, il y a une vie après les hautes luttes... et c'est leur vie!

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

LiKiLiKi :-) 10.12.2017
Combien

de % a-t-il fait le fiston ? Une candidature qui a divisé et tant mieux pour Gabriel S.
La famille ferait mieux d'arrêter la politique coup de buzz et maman d'arrêter de manager le petit.
Qui la paye déjà cette dame ?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 10.12.2017

Ouf, encore un échappé de l'asile. Asseyez-vous fugitif Greg, zéro sur cent.

Ces psychopathes n'arrivent pas à rester grégaires dans leurs coins.

Répondre Signaler au modérateur
greg974 10.12.2017

Je vois que vous répondez sur le fond...sacrée argumentation. Et on s’étonne que rien n’avance ici. Si déjà au lieu de dénigrer vous réfléchissiez sur le problème que cela pose de venir travailler pour le service public français et donc l’état qu’on accuse de tous les maux a priori. Joli paradoxe chez ces encagoulés et autres indépendantistes de pacotilles.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 10.12.2017

On vous a déjà répondu sur le fond. Nous sommes au stade de répondre aux dénigrements et insultes. Assez gentiment, parce qu'il est beaucoup plus doux de vous nommer échappés de l'asile que de vous désigner comme des propagandistes chargés de faire diversion des responsabilités.
"le problème que pose de venir travailler pour le service public français donc l'état" ??? Mon conseil : évitez de boire sur vos médicaments.
"l’état qu’on accuse de tous les maux a priori" : qui est le premier acteur des affaires guyanaises ? A priori ?
"on s’étonne que rien n’avance ici" : Non, personne s'étonne à part vous. Le développement est incompatible avec votre état d'esprit. Encore le problème de la place de la Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
greg974 11.12.2017

Aucune réponse sur le fond...triste. Laissez tomber.

Répondre Signaler au modérateur
greg974 10.12.2017

Je cite : « Comme quoi, il y a une vie après les hautes luttes... et c'est leur vie! ». Bien d’accord mais quand cette vie est payée par le vilain état colonial raciste et les impôts des vilains blancs colonisateurs et les Guyanais qu’on a bloqués plus d'un mois c’est un peu paradoxal. FG pourrait prendre un peu de recul et poser au moins la question du choix aux antipodes de ces luttes. Il faut être cohérent dans ses principes. Ces gens ne le sont pas...

Répondre Signaler au modérateur
LiKiLiKi :-) 09.12.2017
A vouloir

être de tous les fronts qu'à la fin ça sonne creux.

Répondre Signaler au modérateur