En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Chanter contre le mal-être

Prince ESSONNE M'FOULOU-ZÉ Mardi 03 octobre 2017
Chanter contre le mal-être
L'album présenté samedi à Cayenne est composé de dix titres (PEM)

Différentes études sur le suicide des jeunes Amérindiens ont mis en lumière l'absence de réponse de la société pour enrayer leur mal-être. François Jonas, professeur de musique au collège à Camopi, n'est pas le premier à en avoir fait le constat. Il a décidé d'agir en créant une chorale.

Ici, « les jeunes n'ont pas grand-chose à part l'école » , lâche François Jonas, professeur de musique au collège de Camopi. L'enseignant a mis sur pied les Anges du fleuve, une chorale formée par les collégiens de la commune. Avec l'association Ende & Idjé, ils ont sorti un album disponible chez les disquaires, qu'ils ont présenté samedi, à Cayenne. Les Lindor ont voulu les encourager en leur remettant un prix spécial de la jeunesse musicale. 
« L'objectif initial était de diversifier les activités extrascolaires des élèves » , commente l'enseignant qui s'est aperçu très vite que cette activité allait devenir un excellent moyen pour eux d'attirer l'attention sur la détresse de certains jeunes. D'après François Jonas, avec la chorale, « beaucoup ont pu témoigner de la manière dont ils sont venus à bout de la tentation du suicide. » « La tâche n'a pas été très facile, poursuit le professeur. La plupart de ces jeunes n'avaient pas ou presque pas de contact avec la musique moderne. Il a fallu reprendre l'enseignement depuis les bases. Mais le plus difficile a surtout été de les faire chanter en français. »
Dix titres constituent l'album. Chacun d'eux est une invitation au vivre ensemble dans la paix. Ils incitent les jeunes à se focaliser sur la recherche du savoir et de la connaissance. « Je pense que la connaissance est la clé qui permet d'ouvrir toutes les portes de l'impossible » , ajoute François Jonas. « Cela me donne beaucoup d'idées, beaucoup d'espoir, insiste Victoria Dantas-Charles, une des chanteuses de la chorale. J'essaie de créer d'autres chansons, d'écrire des textes. J'ai envie de faire passer des messages aux jeunes comme moi et aux adultes. Juste pour leur dire que nous voulons d'une Guyane forte, d'une Guyane qui n'abandonne pas les siens, qui unit ses enfants et qui améliore les conditions de vie de chacun. »
« Une des solutions les plus abouties »
« La question du suicide des jeunes est un gros souci pour la société amérindienne d'une manière générale et celle de Camopi en particulier, rappelle l'ancien maire René Monnerville. Nous avons mené des réflexions pour comprendre le phénomène et pour essayer d'y apporter des solutions. Cette initiative de l'association Ende & Idjé, avec ce projet de CD, en est une des plus abouties à ce jour. Elle a donné l'occasion à nos jeunes de mettre des mots sur leur mal-être, de manière à le transcender. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire