France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ENVIRONNEMENT

La compagnie des guides réagit à l'ouverture d'une mine sur la crique Nelson

G. R. Mardi 10 Juillet 2018 - 14h30
La compagnie des guides réagit à l'ouverture d'une mine sur la crique Nelson
L'avis favorable pour l'ouverture d'une mine sur la crique Nelson provoque une scission entre opérateurs touristiques et leur représentant, le comité du tourisme - photo d'illustration

La compagnie des guides, regroupement des professionnels de l’écotourisme en Guyane, s’indigne contre le vote favorable du Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) pour l’ouverture d’une exploitation minière sur la crique Nelson.

La saison touristique débute à peine et sent déjà le souffre. Après la fermeture, fin juin, de la moitié des sites de baignades répertoriés en Guyane, la compagnie des guides critique vivement l’avis favorable du 21 juin par le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst), pour l’ouverture d’une exploitation minière sur la crique Nelson.

Par la voie d’un communiqué, les représentants de la branche économique du guidage et de l’écotourisme amazonien dénoncent une décision qui va à l’encontre de la santé publique, ce projet minier étant proche des stations de captage d’eau potable qui alimentent « les villes de Kourou, Macouria, Montsinéry-Tonnegrande et une partie de l’île de Cayenne. » Le communiqué cite d’ailleurs les oppositions à la « crique Nelson », du nom de cet affluent du Kourou où devrait s’ouvrir la mine, des maires de Kourou et Montsinéry ainsi que du président du comité de l’eau.

Pour rappel, le 21 juin, au terme de deux mois de polémique autour du projet minier de la SAS Trajan et un avis favorable de la commission des mines, le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst), présidé par le préfet, a donné son feu vert.

UN DIVORCE CONSOMMÉ AVEC LE COMITÉ DU TOURISME
En avril, la compagnie des guides de Guyane avait déjà dénoncé le vote en commission mine, du comité du tourisme, en faveur du projet sur la crique Nelson. Vote qui s’était effectué contre la ligne directive du comité. Cette fois, la compagnie réitère ses critiques, évoquant un comité du tourisme qui « agit contre les intérêts des opérateurs touristiques » et va plus loin en annonçant des suites judiciaires. Le cabinet d’avocats Seattle Avocats a été mandaté par les opérateurs touristique qui craignent une pollution, synonyme d’arrêt de leurs activités. Les cinq campements touristiques (Camp Cariacou, camp Canopée, Wapa Lodge, camp Maripas et camp Saut Léodate) situés sur le Kourou en amont de la crique Nelson représentent 1, 5 million d’euros de chiffre d’affaire par an, 10 000 visiteurs et 60 emplois.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3