En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Des propos insultants et racistes »

A. S.-M. Mardi 20 septembre 2016
« Des propos insultants et racistes »
Une rencontre a eu lieu, hier en début d'après-midi, entre le Collectif des iguanes de l'Ouest et le proviseur du lycée Bertène-Juminer (ÉL)

Le post mal écrit et injurieux d'une enseignante pourrait remettre le feu aux poudres à Saint-Laurent du Maroni. Rectorat, collectif d'habitants et maire de la commune ont vivement réagi.

Mercredi soir, au lendemain d'une nuit de confrontations entre habitants et gendarmes de la commune, une enseignante contractuelle du lycée Bertène-Juminer publiait, sur sa page Facebook, un texte qui provoque aujourd'hui la colère sur les bords du Maroni et bien au-delà. À tel point que le recteur a décidé de suspendre immédiatement l'enseignante en question.
Au départ, ce texte parsemé de fautes se veut une sorte de tribune en soutien aux gendarmes de Saint-Laurent, pris à partie lors des émeutes de la veille. Il faut dire que l'enseignante en question est elle-même mariée à un gendarme en poste dans la capitale de l'Ouest. Mais l'auteur dérape littéralement en poursuivant avec des propos clairement racistes. Elle s'en prend d'abord à la population qu'elle décrit comme assistée et incapable d'éduquer ses enfants. Puis, elle vise directement le maire de Saint-Laurent qu'elle accuse de voler la population. Le Collectif des iguanes de l'Ouest, qui a rendu ce texte public, dénonce « des propos insultants et racistes » et évoque « un acte indigne » .
PLAINTES DE LÉON BERTRAND ET DU COLLECTIF
Contacté par téléphone, Léon Bertrand se dit « extrêmement choqué et même attristé » . Mais surtout, le maire de Saint- Laurent dit craindre que cette histoire ne vienne rallumer le feu à peine éteint des émeutes de mardi soir. « Il ne faudrait pas que la conséquence soit de creuser un fossé entre la population de Saint-Laurent d'un côté et les gendarmes et les enseignants de l'autre. » Pour éviter que la rupture déjà bien entamée ne devienne irréversible, Léon Bertrand reçoit aujourd'hui le général Valentini, chef de la gendarmerie en Guyane, « pour recoller les morceaux » . Il annonce aussi son intention de porter plainte, « pour que cette affaire remonte au plus haut niveau » et souhaite le départ de cette enseignante : « On ne peut pas laisser ce genre de per- sonne, qui a cette vision, continuer à éduquer nos enfants. » De même, le Collectif des iguanes de l'Ouest souhaite « que cette personne soit sanctionnée pour ses propos et radiée de l'Éducation nationale » . Enfin, le parquet a décidé de se saisir de l'affaire en ouvrant une information judiciaire.
Le message qui provoque la colère
En vidant son sac sur les réseaux sociaux, une enseignante du lycée Bertène-Juminer de Saint-Laurent provoque la colère du Collectif des iguanes de l'Ouest! et du maire de la commune. Son texte est clairement raciste et injurieux. Elle a été suspendue de ses fonctions et devrait être poursuivie en justice. Les réactions indignées des politiques ne se sont pas fait attendre.
3 QUESTIONS À ... Youssoufi Touré Recteur de l'Académie de Guyane « L'émotion ne doit pas prendre le pas sur la rigueur »
Comment avez-vous réagi en apprenant les propos écrits par cette enseignante ?
J'ai contacté le proviseur du lycée pour m'entretenir avec lui, pour lui dire que l'enseignante recevrait le jour même le document qui l'a suspend.
J'ai pris cette décision en voyant le texte qu'elle a écrit. Même s'il y avait des tensions à Saint-Laurent, rien n'excuse ses propos.
Quelle sanction envisagez-vous à son encontre ?
L'émotion ne doit pas prendre le pas sur la rigueur. Je l'ai suspendue à titre conservatoire, mais elle était chez elle lorsqu'elle a écrit ce texte. Elle l'a écrit en tant que citoyenne, elle n'a pas fait des déclarations devant les élèves. Donc, je ne peux pas aller au delà de la suspension. Et puis, cette enseignante est contractuelle, elle n'est pas fonctionnaire de l'Éducation nationale. Donc, la seule chose que je peux faire est de ne pas renouveler son contrat.
Combien de temps est-elle suspendue et quelle sera la suite après cette suspension ?
La durée maximum d'une suspension est de six mois. Je suppose que d'ici six mois, il y aura des poursuites judiciaires contre elle. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne remettra pas cette enseignante devant les élèves, ni aujourd'hui, ni demain. Et son contrat ne sera certainement pas renouvelé.
Propos recueillis par A. S.-M.
LE TEXTE INCRIMINÉ
L'enseignante débute son post en se disant « écoeurée par les propos anti-gendarmes et anti-métropolitains » qu'elle découvre sur les réseaux sociaux suite à la nuit d'émeute à Saint-Laurent. Elle défend ensuite les gendarmes avant de se montrer injurieuse : « Je pense que vous avez de la merde devant les yeux » , écrit-elle à l'attention des internautes qui accablent les gendarmes. Mais c'est surtout la deuxième partie de son texte qui provoque la colère. Partie que nous reproduisons ici dans sa version originale, avec les fautes :
- « Deuxièmement si nous métropolitains ont été pas là pour les éduquer, vos enfants, qui le ferait ? A ben pas vous apparemment puisque vous vous êtes incapable de le faire, la preuve est chaque 5 du mois qd nous on trime pour apporter un peu d'éducation à vos gamins vous, vous faites la queue à la poste et faites rien de vos journées... »
- « Et les 40% parlons en. Avant de parler bande d'ingnorants, les gendarmes ils les touches pas eux! Par contre vos copains qui squattent les administrations eux ils y ont droit. Alors qui s'est qui piquent l'argent de qui ? »
- « Et troisièmement vous qui respectez votre maire, sachez qu'il vous vole depuis des années et ça vous vous en rendez pas compte... »
« Bref de toutes les façons vous êtes pas plus Guyanais que nous donc on réfléchit avant de parler!!!! »
Réactions indignées de la classe politique
Que ce soit sur les réseaux sociaux ou par communiqué, plusieurs personnalités politiques ont rapidement réagi, faisant part de leur indignation. Pour Rodolphe Alexandre, « ces propos sonnent comme l'écho d'un monde des ténèbres que l'on pensait derrière nous, oublié à jamais » . Le président de la CTG appelle chacun à la raison et « à se méfier des amalgames et des préjugés » . Pour David Riché, président de l'association des maires de Guyane, « il ne saurait être question d'accepter que cette enseignante poursuive ses missions dans la mesure où elle a prouvé son incapacité à relayer auprès de nos enfants les valeurs morales de notre République » . De même, le sénateur Antoine Karam, « souhaite que l'Académie de Guyane s'empare rapidement de cette affaire afin de l'éclaircir et prendre le cas échéant les décisions qui s'imposent » . La députée Chantal Berthelot tient, pour sa part, « à rappeler que tout enseignant est porteur d'une responsabilité : celle d'éveiller les esprits, de transmettre la tolérance, de favoriser le mieux vivre ensemble » . Enfin, pour Walwari, Line Létard, qui a enseigné à Saint-Laurent, espère que « les enfants de ce pays se forment aux métiers de l'enseignement pour empêcher que ce type de personnes, se sentant manifestement indispensables à la Guyane, n'y trouvent place et y sévissent » .
Le collectif à la rencontre du proviseur
Hier, en début d'après-midi, des membres du Collectif des iguanes de l'Ouest ont été reçus à leur demande par le proviseur du lycée Bertène-Juminer. « On est loin du recteur, le proviseur est notre seul interlocuteur » , explique Manuel Jean-Baptiste, membre du collectif. Le proviseur a confirmé la suspension de l'enseignante en ajoutant que celle-ci ne reprendrait pas son poste, ni à Saint-Laurent, ni ailleurs en Guyane. Mais pour le collectif, il faut qu'elle ne puisse plus enseigner nulle part. C'est pour cela que les iguanes de l'Ouest estiment important qu'une condamnation soit prononcée par la justice. « On a envie de croire que c'est un cas isolé » , poursuit Manuel Jean-Baptiste. « Mais on est réaliste, ce n'est pas la seule. » Pour le collectif, cette publication ne serait autre « que la révélation du comment et du pourquoi des émeutes à Saint-Laurent » . Manuel Jean-Baptiste n'hésite pas à évoquer « un sentiment de supériorité et d'impunité » chez certains gendarmes qui serait à l'origine du climat tendu qui règne dans la commune.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
39 commentaires

Vos commentaires

Betty12 23.09.2016

Wilk77 vous devriez être déçu et choqué par ce qui se passe en Guyane !!! Vous qui avez passé un bon séjour.
Moi même je ne reconnais pas cette Guyane où il y a 15-20ans , toutes les communautés vivaient l une à côté de l autre sans haine.

Répondre Signaler au modérateur
will77 21.09.2016
nouveau sur le forum (suite)

Pour en venir au fait du jour, je ne peux que déplorer la réaction sur les réseaux sociaux de cette personne et la récupération politique qui en a été faite. En tant qu'enseignant j'ai été interpellé par la le fond de son message (même si la forme orthographique vaut des points aussi!!!). En effet le fond du message est très sombre et même si certains diront qu'il a été rédigé dans un contexte particulier, je ne peux m'empêcher de croire que cette personne tient quotidiennement des propos de cette nature. J'ai côtoyé bon nombre d'enseignants - moi le premier- qui se désolaient de laisser autant d'enfants à la marge. Il est vrai qu'il y a de quoi être découragé devant l'ampleur du défi quotidien d'une classe. Dans ma pratique, j'ai toujours tenter de ne pas généraliser mes propos à l'ensemble de la population. Sinon c'est la dépression assurée. Et là je m'adresse aux jeunes enseignants déjà démoralisés qui pourraient lire ces lignes : il faut toujours s'appuyer sur du positif pour mettre en place des actions et valoriser les réussites. Il faut également s'efforcer de donner l'exemple aux élèves : être assidu, respectueux, ne pas se permettre des choses que les élèves n'ont pas le droit de faire. Etre professionnel et digne en somme.

Répondre Signaler au modérateur
will77 21.09.2016
nouveau sur le forum

Bonjour à tous, avant de réagir à l'article je me présente brièvement car c'est la première fois que je poste sur ce forum. J'ai grandi en Haute Savoie et suis parti après mes études universitaires me former à l'IUFM de Cayenne. Mon projet était simple : je ne voulais pas rester en métropole à préparer un concours de catégorie A. J'avais dans mon entourage des gens bien plus doués que moi qui se ruinaient -depuis des années- le moral et la santé à tenter de passer des concours qu'ils échouaient systématiquement.
J'ai travaillé sérieusement l'année de mon concours et l'ai obtenu. Je suis resté une année supplémentaire en formation à Cayenne. J'ai ensuite été nommé sur le Maroni où j'ai passé 7 années mémorables tant sur le plan personnel que professionnel. Ma compagne et moi avons ensuite décidé de partir en métropole pour diverses raisons. Je reste en lien étroit avec quelques amis Guyanais et me tiens quotidiennement informé des actualités locales (à ce titre je trouve super que France Guyane mette en accès libre bon nombre d'articles).

Répondre Signaler au modérateur
René 21.09.2016

"En ravalant les méchantes paroles sans les avoirs dites,personne ne s'est jamais abîmé l'estomac."
Winston Churchill

Répondre Signaler au modérateur
Betty12 21.09.2016
Arrêtez avec cette histoire de CAF, changez de slogan

C est l arbre qui cache la forêt!!
Vous parlez jamais de blanchiment d argent, de traffic, de lobbying, de passe droit, d investissement à l étranger.
Faites un tour devant western union, les gens qui dénigrent le pays sont les premiers à détourner l argent gagné pour investir dans leur pays.
Ceux qui sont de simple citoyen noyés dans la masse( métro boulot dodo ou paysant sans le sou) sont content de venir pour avoir un semblant de reconnaissance.
Donc, arrêtez c est ridicule!!!



Répondre Signaler au modérateur
cleo 21.09.2016
"Les paroles s'envolent, les écrits restent..."

Cette femme est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase...
Son erreur a été de faire l'amalgame entre le fait divers qui c'est passé à St Laurent, et la conviction de ce qu'elle pense sur la population Guyanaise...
L'année dernière, j'ai entendu des propos encore plus choquants sortir de la bouche d'enseignants venant de l'hexagone ,
propos racistes destinés à des collégiens noirs..
Si il fallait sanctionner et suspendre toutes ses personnes là, il y aurait eu un manque cruel d'enseignants, et j'en connais qui doivent pipi dans leur culotte....
Cette femme me fait pitié, et je plains son mari...

Répondre Signaler au modérateur
Betty12 21.09.2016
Arrêtez avec cette histoire de CAF, changez de slogan

C est l arbre qui cache la forêt!!
Vous parlez jamais de blanchiment d argent, de traffic, de lobbying, de passe droit, d investissement à l étranger.
Faites un tour devant western union, les gens qui dénigrent le pays sont les premiers à détourner l argent gagné pour investir dans leur pays.
Ceux qui sont de simple citoyen noyés dans la masse( métro boulot dodo ou paysant sans le sou) sont content de venir pour avoir un semblant de reconnaissance.
Donc, arrêtez c est ridicule!!!



Répondre Signaler au modérateur
Betty12 21.09.2016
Altron , je m adresse à tous ceux qui dénigrent ce pays et la population qui y vit depuis des années

Faites pas l hypocrite!! En tant que métisse, j suis ballotée de gauche à droite.j entends autant dans la communauté caucasienne, brésilienne, noirs ( Antilles, Haïti, république Dominicaine..) des propos discriminatoires à l encontre de l autre. Et pourtant tout le monde a fait le choix de venir vivre en Guyane. Quand on prend la décision d immigrer dans un pays c est mûrement réfléchi. J suis d accord avec les politiciens français qui disent : tu viens dans mon pays , tu t adaptes aux lois, à la culture". Ça doit être valable en Guyane.
Une communauté ne vaut pas l autre. Il n y a pas de suprématie.



Répondre Signaler au modérateur
Betty12 21.09.2016
IL n y a pas de peuple , ni de pays supérieur !!!

Aucun pays au monde est exemplaire!! Chaque pays vit la même discrimination.
La France discrimine les noirs, les arabes, les roms. Il suffit de suivre le parcours des hommes politiques.
Le Brésil avec les favelas, dire que 1%de la population Blanche réduisent en silence 99% de la population noire..
Haïti qui s entretuent, où ceux du nord des métis qui dominent et laissent ceux du sud dans la pauvreté. Qui se sont tuer comme des lapins en république Dominicaine.
Les Antilles toujours en guerre avec les béké.
Je peux continuer..
S il vous plaît pas de ça en Guyane, vous avez fait assez de dégât!!!
Et puis les guyanais dont les enfants dont les parents sont issus de l immigration Haïti, Antilles, république Dominicaine, Brésil, Pérou, Georgetown, Surinam
Le seul peuple à mon sens exemplaire est le saint-lucien qui a su aller sa culture à la culture de son pays d accueil.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 21.09.2016
Pour qui roulent les iguanes ?

Vu sur un autre média, le délégué syndical UTG du collège où enseignait la personne en question, M. Pindard, qui affirme que le racisme n'a pas sa place dans un collège.
Mais M. Pindard est celui qui a dit qu'il y avait trop de blancs en Guyane et M Pindard est le représentant du MDES dans l'ouest, qui est allé soutenir Rémy Aubert accusé d'avoir proféré des insultes racistes (qu'il a reconnu) !
Ça veut dire quoi ? Si cette dame n'a pas sa place dans l'EN alors il faut déchouké Pindard aussi, car il a fait bien pire !
Les iguanes, vous n’êtes pas cohérents, pour qui roulez vous à attiser le racisme anti blanc ?

Répondre Signaler au modérateur