En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
GUYANA

David Granger succède à Donald Ramotar

Pierre-Yves CARLIER Vendredi 15 mai 2015
David Granger, lundi après avoir voté (DR)

Hier soir, le candidat de la coalition contre le pouvoir en place a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle de lundi. Il met fin à 23 ans de présidence du Parti Progressiste Populaire, de son prédécesseur Donald Ramotar

Après vingt-trois ans à la tête du pays, le Parti progressiste populaire (PPP) s'apprête à céder la présidence du Guyana. David Granger a battu le président sortant Donald Ramotar. Selon des résultats partiels, il a obtenu 207 000 voix contre 201 500 pour l'ancien président. Il devrait avoir une majorité de trois à quatre sièges à l'Assemblée nationale, qui compte 65 députés. Donald Ramotar a demandé que les bulletins soient recomptés. L'ambassade des États-Unis a estimé que le scrutin s'était déroulé normalement.
David Granger, 69 ans, est le leader de cinq partis d'opposition. En 2011, cet ancien militaire s'était déjà présenté contre Donald Ramotar. Sans succès. Au Guyana, où le PPP représente surtout les intérêts de la majorité hindoue, David Granger promettait d'établir « un gouvernement d'unité nationale, dans lequel l'ensemble de la population aura le sentiment de compter » .
La campagne électorale a été très tendue. Ces dernières années, l'Assemblée nationale, où les opposants comptaient un siège de plus que le parti du président, a bloqué de nombreux projets de Donald Ramotar. Les députés ont fini par retirer leur confiance au président. En représailles, celui-ci a suspendu l'Assemblée nationale en novembre et l'a dissoute en février. David Granger a multiplié les accusations de corruption à l'encontre du président sortant. Il a fait campagne en promettant plus de sécurité et une plus forte lutte contre les trafics de drogue.
De son côté, Donald Ramotar estimait que la croissance économique de ces dernières années plaidait pour sa politique. Le Guyana reste le troisième pays le plus pauvre du continent, derrière Haïti et le Nicaragua.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire