En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
HANDBALL FÉMININ. FINALE PLAY-OFFS

Un Ara plumé à vif

MINOS Jeudi 18 mai 2017
Un Ara plumé à vif
L'attaque du Geldar sans pitié pour les plumes de Macouria (Minos)

Pour sa première finale de championnat, l'Ara de Macouria a été balayée 45-24 par le Geldar de Kourou. Les Macouriennes ont été méconnaissables et doivent se refaire un plumage pour ce soir. Difficile ?

Le mois de mai est le plus pluvieux en Guyane. Les dernières météos, ponctuées de quelques orages et déluges, en attestent. Mardi soir, boulevard de la République à Cayenne, il y a eu deux déluges. Celui sur les tôles du centre sportif Georges-Donzenac, à Cayenne, et celui qui se déroulait à l'intérieur entre le Geldar de Kourou, champion sortant, et l'Ara de Macouria. Une quinzième finale d'affilée pour les Kourouciennes et une première pour l'Ara. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Ara n'a pas eu le temps de chanter. Il a été déplumé sur son perchoir, lui qui rêve encore d'un plumage royal. À vif, et on se demande si c'est un accident, tant il est vrai que les Macouriennnes sont complètement passées à côté de leur sujet. Méconnaissables sur le plan défensif ou en seconde période, après avoir déjà été menées de dix points 22-12, on a assisté à une exécution en règle. La formation de la ville spatiale n'a pas fait dans le détail. Des remontées rapides, une efficacité dans des boulevards que les Macouriennes avaient laissées. Tétanisées, peut-être, mais l'effectif comprend quelques joueuses qui ont connu de type de rendez-vous sous d'autres couleurs. Où sont passés cet impact physique supérieur au Geldar, la motivation ? Tout cela était absent mardi soir et on s'est demandé si on n'assistait pas à une curée. Le baptême a ressemblé à un enfer. Une grosse vague bleue a déferlé et le chant de l'Ara a davantage ressemblé à des cris de douleur. Un coup au moral certain, avant la rencontre retour de ce soir qui doit sonner un réveil, ou encore une résurrection.
OUBLIER LE WATERLOO
Fort de cette impitoyable victoire, le Geldar revient ce soir pour conclure le travail. L'énorme écart lui confère un avantage psychologique indéniable et la conservation du titre en bonne voie. Reste à savoir comment Macouria aura récupéré ce coup de bambou : aura-t-il évacué les blessures de ce qui a été un Waterloo et retrouvé un mental en berne jeudi soir ? Car au-delà du jeu produit, tout dépendra de sa volonté de se refaire un duvet pour un match d'appui. L'Ara en possède les moyens. Si mardi a été un jour sans, les supporters attendent une révolte, un sursaut afin que le Geldar ne puisse pas facilement conquérir un nouveau titre. Si le traumatisme n'est pas trop violent, il faut alors espérer une seconde manche plus équilibrée ce soir. La parole est à l'Ara même si du côté de Kourou, on n'envisage pas qu'il revienne remplumé pour un match d'appui. La chronologie est bien avancée.
ILS ONT DIT
Franck Chong Pan, entraîneur du Geldar : C'est notre titre
(Minos)
Le titre, c'est le Geldar qui le détient et nous comptons bien le défendre. Ce soir, un pas est fait mais il faut s'attendre à un sursaut de Macouria, mais nous reviendrons avec les mêmes intentions de l'emporter.
Carolin Sophie, entraîneur de l'Ara : Il y aura un match d'appui
(Minos)
L'écart est phénoménal et nous avons flanché moralement. L'équipe a du potentiel et nous allons nous atteler à remotiver le groupe. Il y aura un match d'appui.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire