En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
DISCIPLINE

Jules Haabo au pied du mur américain

Ange MARÉCHAL Mardi 09 janvier 2018
Jules Haabo au pied du mur américain
Parti lundi soir, Jules Haabo sera déjà à pied d'oeuvre dès ce matin (AM)

Dès aujourd'hui à Miami, l'attaquant vedette de l'Etoile de Matoury devra décupler son talent pour être retenu par la MLS, Major League Soccer. Parti lundi tout seul au combat, ne maitrisant pas la langue, la tâche ne s'annonce pas facile. Mais conscient de la chance qui se présente à lui, il promet de faire de son mieux pour convaincre.

Formé au club des Black Stars devenu Étoile de Matoury depuis trois ans, Jules Haabo a fait ses classes en toute discretion, mettant en avant ses qualités techniques de dribles et de vitesse et surtout ses tirs aussi puissants que précis, qui ont mis en difficulté bien des portiers. C'est depuis deux saisons qu'il a crevé l'écran parmi l'élite, au point d'être appelé chez les Yana Dòkò, puis la saison dernière, en inscrivant vingt buts en championnat R1, terminant au second rang des meilleurs buteurs derrière Alex Éric, l'attaquant de l'US Matoury.
Au huitème tour de la coupe de France, il a aussi frappé dans l'oeil d'un recruteur de club français. Mais aux dires de la présidente du club « jusqu'à l'heure, nous n'avons pas de suite. » Dans les nouvelles relations de la ligue de Guyane avec la Concacaf, l'invitation a été faite au comité directeur de Guyane, de présenter un joueur pouvant faire l'affaire dans un club de la MLS, (Major League Soccer) pour une détection. « Cette détection concerne exclusivement les joueurs de moins de 23 ans évoluant dans la Caraïbe, sélectionnés au moins une fois dans leurs pays. Jules compte six sélections avec les Yana Dòkò et il réunit toutes ces condtions. Après avis des techniciens guyanais, Jules Haabo « était le joueur qui émergeait sans contestation. Pour nos joueurs, ce sont des opportunités que la ligue saisira à chaque fois » , rapporte Marcel Bafau le président de la ligue de Guyane.
TOUT SEUL ET NON ANGLOPHONE
Cette porte ouverte vers les States arrive à point nommé pour lui. Dès aujourd'hui, jusqu'à jeudi, à Miami, il devra évacuer tout le stress existant et prouver ses qualités dans l'optique d'être repéré, et d'intégrer sous peu la ligue professionnelle américaine.
Il faut savoir que le voyage est à la charge de la ligue de Guyane, mais arrivé sur place, le joueur est pris en charge par la ligue américaine. Reçu par la ligue dimanche matin avec les dirigeants de son club, Jules d'un naturel timide, n'a pas trop manifesté sa joie. Il s'est dit honoré de l'offre, promettant de donner le meilleur de lui-même. Après avoir raté un essai pour cause de blessure en 2014 au club de Tours, cette fois le Matourien est prêt physiquement et techniquement. « Jules se sent bien, il a muri et son club croit en lui, assure Sabrina Cyrille, la présidente de l'Étoile de Matoury qui ajoute, c'est un honneur pour lui mais aussi pour le club. Si nous sommes en haut de l'affiche, et Jules à ce niveau, c'est grace au travail des dirigeants Jean-Pierre Haabo, Jean-Noël Coupra, Francis Lukali et tous les autres éducateurs qui travaillent pour cette jeunesse. Il y aura d'autres joueurs qui vont se reveler. Pour l'intant, la balle est dans les pieds de Jules, nous lui accordons toute notre confiance. »
Le vice-président Philippe Lobera et le coach présent Francis Lukali ne tarissent pas d'éloges sur le joueur. « Depuis les U13, il est en constant progrès. Là, il arrive à point, il a un charisme, il est volontaire, il a envie de réussir à un niveau supérieur. On lui souhaite le meilleur dans cette aventure qui n'est pas gagnée d'avance. »
En effet, l'unique difficulté, si cela en est une, Jules ne maitrise pas l'anglais. De plus, par manque de moyens, il part tout seul sans aucun accompagnateur. Livré donc à lui-même, c'est peut-être là une crainte. Mais lui se dit confiant et conscient que rien n'est facile dans la vie. Faisons lui confiance en attendant son retour vendredi soir.
Ici, d'un geste spontané, un généreux donateur lui a remis un chèque. (AM)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

alfredo 09.01.2018
Belle aventure

Bien entendu on n'a pas réglé les problèmes structurels du football en GUYANE, ni comment élever le niveau régional avec un e refonte du championnat et au moins 3 centres d'est en ouest de formation et d'insertion pour les U17 et U19. On ne saisit pas les entrées faites par la concacaf pour inscrire nos jeunes dans les tournois majeurs de leur âge, avec d'ailleurs au moins 2 ou 3 niveau de progression, que Haïti a franchi par exemple cette année pour affronter en 2019, le Mexique, États-Unis s et consorts. Les beaux parcours restent comme pour ce magnifique jeune homme une affaire individuelle et de soutien familial. OK, mais quelle belle aventure qu'il ne peut refuser en attendant que la Guyane se réveille.

Répondre Signaler au modérateur
skol973 09.01.2018

A cause de la période carnavalesque, aucun dirigeant de la ligue ou un membre de son club ne peut l'accompagner, en plus de ne pas parler l'anglais. La Guyane, personne ne vous croira...

Répondre Signaler au modérateur