En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Vaste opération d'expulsion et de démolition au "squat de l'Afpa"

Marie GUITTON Mardi 19 Décembre 2017 - 12h34
Vaste opération d'expulsion et de démolition au "squat de l'Afpa"
Environ 150 personnes doivent quitter le "squat de l'Afpa", en face du jardin botanique. - Marie Guitton

Plus de 150 personnes sont en cours d'expulsion ce mardi à Cayenne, en face du jardin botanique, au dénommé "squat de l'Afpa". Les installations vétustes seront détruites pour laisser place à de futures opérations d'aménagement.

Camions militaires, fourgonnettes de police, agents municipaux... Une vaste opération d'expulsion-démolition est en cours ce mardi à Cayenne, en face du jardin botanique, au dénommé "squat de l'Afpa".
Deux terrains, l'un hébergeant les anciens locaux du centre de formation professionnelle et appartenant à un liquidateur judiciaire, et l'autre racheté il y a sept ans par la Siguy, sont concernés. Les habitants, 150 selon la préfecture, en situation régulière ou non, quittent les lieux au compte-goutte depuis plusieurs heures, emportant leurs quelques affaires au-delà des barrières qui leur interdisent tout retour. Certains avaient déjà quitté les lieux ce week-end et d'autres, partis faire une course ce matin, se sont vus refuser l'accès par les forces de l'ordre, empêchés de récupérer leurs paquetages.
"Un jugement d'expulsion a été rendu il y a quelques années déjà, rappelle le directeur de la Siguy. Un terrain en friche comme celui-ci, en centre-ville, ne peut pas rester un squat. Les voisins se plaignaient du bruit et des activités illégales que cela générait. Les gens ont été prévenus vendredi que l'huissier ferait libérer les lieux aujourd'hui."
Cette information est confirmée par la plupart des squatteurs présents sur les lieux. Plusieurs d'entre eux, demandeurs d'asile, affirment comprendre la situation. Ils ne savent pas, néanmoins, où ils passeront la nuit ce soir.
A 12h30, selon un premier bilan, 21 personnes en situation irrégulière ont été placées en rétention administrative, et 12 familles ont pris contact avec le pôle social pour être relogées. Deux maisons ont déjà été détruites.
PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRE ÉDITION DE MERCREDI 20 DECEMBRE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Lectrice1 20.12.2017
Déloger pour...

En...Fin au squat... ou c est juste pour déplacer ces personnes? Car à mon avis cela va juste engendrer un nouveau squat ailleurs mais pas résoudre le problème ????

Répondre Signaler au modérateur
joko973 19.12.2017

Un bon début. Le gouvernement ira jusqu'au bout ? les expulsions réelles ? la loi doit être respectée par tous, pas uniquement par les français.

Répondre Signaler au modérateur
MONSIEUR GUYANE 19.12.2017
Enfin

Comme quoi le nouveau gouvernement veut faire appliquer l'etat de droit, en expulsant les squatteurs de toutes sortes: qu'ils soient clandestins ou membres des grands frères, ils sont tous traités sur un même plan d'égalite.
Vas y manu, ne t'arrete pas "en marche"!

Répondre Signaler au modérateur
alf 19.12.2017

Le gouvernement, qui affiche sa fermeté en matière migratoire, s'est retrouvé lundi sous le feu des critiques, alimentées par son projet de recenser les migrants dans les centres d'hébergement d'urgence, au risque d'instaurer une logique de "tri" selon les associations.
c est national pas qu en guyane

Répondre Signaler au modérateur
LiKiLiKi :-) 19.12.2017
ALORS

ELLES SONT Où les supers ligues de je ne sais quoi et soi-disantes humaines ?
Absentes du front ?

Répondre Signaler au modérateur