En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Un nouveau suicide à Trois-Saut

Propos recueillis par Angélique GROS Mercredi 09 août 2017
Un nouveau suicide à Trois-Saut

Lundi 7 août une jeune fille de 14 ans a été retrouvée pendue à son domicile à Trois-Saut, dans la commune de Camopi. Le responsable de la compagnie de gendarmerie de Matoury s'est rendu sur place avec des techniciens d'identification criminelle afin de mener les premières investigations sur les circonstances de l'acte. La veille, un autre drame avait été évité de justesse dans la commune. Une mineure de 14 ans aussi, avait tenté de mettre fin à ses jours par les mêmes moyens. Ces évènements interviennent alors qu'une jeune fille de 22 ans s'est suicidée le 30 juillet à Camopi. Dans le même bourg, le 15 juillet, une tentative de suicide par arme à feu dans le visage avait amené d'urgence, en pleine nuit, une fille de 20 ans à l'hôpital de Cayenne. Cécile Kouyouri, chef du village Bellevue et Anne-Marie Chambrier, coordinatrice à la Foag (1) qui participent aux Journées des peuples autochtones place des Palmistes à Cayenne réfléchissent aux actions à mener pour enrayer cette tragédie.

Cécile Kouyouri, chef du village Bellevue
. « Nous ne sommes pas préservés de ça non plus à Bellevue. Beaucoup de jeunes n'ont pas encore trouvé leur chemin. Je ne sais pas si on ferme les yeux et les oreilles à leurs appels... À moi toute seule je ne peux rien faire. J'aimerais faire un grand carbet pour les rassembler et chercher avec eux les réponses et peut-être trouver un début de lumière. Dans notre éducation à nous, tout est compris. Et il faut que les parents continuent à transmettre à leurs enfants l'artisanat sinon on perd notre culture et nos repères. L'école est une chose, l'éducation au village une autre. Ce qui est inquiétant aussi c'est la forêt qui se réduit. Sans forêt notre artisanat va mourir. Il n'y a pas de problème pour déboiser la forêt pour l'agriculture mais nous, aujourd'hui, on doit demander l'autorisation pour prendre du bois afin de construire nos canots. »
Anne Marie Chambrier, coordinatrice à la Foag*
« C'est tout à fait regrettable. Il faut que chacun prenne ses responsabilités et qu'on trouve des solutions que ce soit l'État ou les institutions. Il faut que les chefs coutumiers et la population se réunissent autour de la table.
On en parlait lors d'une table ronde sur la transmission. Un intervenant disait qu'un jeune qui a ses pieds dans les deux mondes, qui a ses racines dans le monde de la culture amérindienne et qui a aussi un pied dans le monde occidental serait plus fort pour affronter l'avenir.
Un jeune vraiment élevé dans la culture amérindienne, dans le milieu familial traditionnel, et qui partira sur le littoral, en étant bien sur accompagné, sera plus fort qu'un jeune qui s'est vraiment désintéressé, ou qui a subi une coupure au niveau de la transmission des savoir-faire. Je prends le cas d'un jeune de Camopi qui voulait continuer ses études et qu'on a accueilli dans notre foyer au village Sainte-Rose de Lima à Matoury. On voit qu'il a été bercé dans sa culture amérindienne de Camopi et il s'est très bien adapté. Si à un moment donné un jeune n'est à l'aise ni dans une culture ni dans une autre, il ne trouvera pas l'équilibre et donc aura tendance à ne pas voir l'avenir qui se présente à lui. »
(1) Fédération des organisations autochtones de Guyane
Et un jour férié de plus
Le 9 août sera férié pour les employés de la mairie de Kourou. Dans un communiqué, François Ringuet, le maire a officiellement apporté son appui à la démarche de Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité territoriale visant à faire de la Journée des peuples autochtones un jour non travaillé. Par conséquent, demain les services municipaux seront fermés à Kourou.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire