France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Qui va payer les prêtres ?

T. F. Jeudi 22 mai 2014
Les prêtres de Guyane vont devoir s'appuyer sur leurs fidèles pour bénéficier d'une rémunération (ASM)

Le président du conseil général a pris la décision de ne plus verser de salaire aux prêtres. Générosité des fidèles, quêtes, casuel, denier de l'Église... Pour ne pas se trouver démunis, les prêtres catholiques vont devoir trouver des solutions. Comme partout ailleurs en France.

Privés de salaire du jour au lendemain. Désormais, les prêtres catholiques de Guyane ne bénéficieront plus de la rémunération mensuelle versée par le conseil général. Officiellement, depuis le 1er mai, le président du Département, Alain Tien Liong, a pris la décision de mettre un terme à cette exception guyanaise. À la grande surprise de l'évêque, Monseigneur Lafont. Et malgré le fait que cette question a été évoquée et débattue en assemblée plénière de la collectivité depuis 2011.
En guise de réponse, l'évêque a d'ores et déjà annoncé son intention de contester la décision d'Alain Tien Liong, en intentant une action en justice. Toutefois, pour l'heure, la priorité de l'Église catholique en Guyane va être de trouver des solutions pour assurer une rémunération à ses porte-parole. Comme dans tous les autres départements français depuis la promulgation de la loi de 1905, qui a instauré une séparation de l'Église et de l'État.
Le denier de l'Église, reversé par le diocèse, est la principale ressource des paroisses catholiques. Elle représente 38,8% du « budget » annuel de l'Église (selon eglise.catholique.fr). Pour subvenir à leurs besoins, les prêtres peuvent ensuite s'appuyer sur l'inévitable quête collectée lors des messes, sur les offrandes - le casuel - faites par les fidèles à l'occasion des cérémonies religieuses (baptêmes, mariages, enterrements), ainsi que sur les donations des fidèles (legs, assurance-vie). « Il va falloir que l'on compte sur les gens, commente Monseigneur Lafont. Il y aura un très gros effort à fournir. Mais les fidèles sont très étonnés. »
La Guyane compte actuellement 36 prêtres, dont 26 sont rémunérés par le conseil général et 6 par le diocèse. Les 4 restants sont à la retraite.

• LIRE SUR LE MÊME SUJET :
- Plus de salaire pour les prêtres (Lundi 19 mai 2014)
- Alain Tien Liong : « Monseigneur Lafont est malhonnête » (Mardi 20 mai 2014)

LES INTERNAUTES
Une décision qui fait débat
Nos deux articles sur le sujet (19 et 20 mai), ont suscité beaucoup de commentaires sur notre site internet franceguyane.fr. En voici quelques-uns, ainsi que notre sondage du lundi 19 mai...
 
- Kafka :
« J'encourage le Département à aller plus loin encore en ne payant plus pour l'entretien de la cathédrale. N'étant pas catholique, je refuse que mes impôts soient utilisés pour payer les curés ou entretenir des lieux de culte. La séparation de l'église et de l'état date de plus d'un siècle, il serait temps que cela soit appliqué partout pour toutes les religions » .
 
- Cél :
« La France est un pays catholique et tout le monde aime profiter des jours fériés hérités de cette tradition. Si on est entièrement laïques, dans ce cas adieu les lundis de Pâque, Pentecôte, Noël et le 15 août!
 
- Lyncha :
« Lévé alé travail pou gain soumaké. A sa mo ka fè. En plus mo ka payé impôt pou zot. Ch... »
 
- Fani :
« Les catholiques n'ont qu'à faire comme certains : donner 10% de leur salaire pour rémunérer les prêtres et le reste. »
 
- Arouman :
« Cette affaire est une farce pour faire croire qu'ATL (ndlr : Alain Tien-Liong) s'attaque à la crise structurelle de sa collectivité! Il nous rappelle le coût total des salaires des prêtres, mais il omet de préciser (et aucun journaliste ne lui demande) ce que ce budget représente dans le budget total des salaires du CG... et pas une allusion aux sévères remarques de la Chambre régionale de la Cour des comptes sur la « gestion opaque des recrutements et la pratique singulière des hausses de salaire au sein du CG! »
 
Depuis le 1er mai, le conseil général ne paie plus les prêtres.
Soutenez-vous cette décision ?
Oui : 58%
Non : 29%
Je n'ai pas d'opinion : 13%
Nombre de votants : 143
Monnerville retoqué
Peu après la loi de départementalisation du 16 mars 1946, Gaston Monnerville a soulevé l'épineuse question du système de rémunération des prêtres en Guyane. L'ancien député et futur sénateur suggère alors une extension à la Guyane de la loi de 1905 de séparation de l'Église et de l'État. Sans grand succès. En effet, il se voit opposer un refus du ministre de l'Intérieur, Jules Moch, et de son homologue des Finances, René Mayer. Le premier estimant « qu'il y aurait intérêt pour des motifs d'opportunité politique à maintenir les pratiques actuelles de la rétribution ecclésiastique par le département de la Guyane » . Considéré comme du personnel payé par la colonie, les représentants du clergé ont été intégrés aux effectifs départementaux.
ILS ONT DIT
André 45 ans, Cayenne
Par rapport à la situation des prêtres, compte tenu du fait que le département est à majorité catholique, je pense que c'est une mauvaise chose de ne plus leur verser de salaire. Pour eux, ce n'est pas évident de vivre. Il est certain que le conseil général, avec la future collectivité unique, doit trouver des fonds. Mais le Vatican, même s'il paye, ne donne pas beaucoup d'argent. Les églises catholiques se meurent. Il y a de moins en moins de chrétiens. L'Église perd sa place au profit des évangélistes ou des pastorales, et ça va être de pire en pire. Donc je ne vois pas comment les prêtres vont se débrouiller.
René-Claude 29 ans, Matoury
S'il faut payer pour les uns, les catholiques, il faut aussi payer pour les autres. Depuis longtemps, les politiques ont peur de rentrer dans ce sujet. Parce que la communauté catholique est importante en Guyane. Alors peut-être que les représentants des autres religions ont commencé à contester (le versement des salaires des prêtres par le conseil général, ndlr). Nous avons toujours des difficultés dans ce pays entre les grandes idées et les orientations politiques.
Odile 28 ans, Matoury
Je suis d'accord avec la décision du conseil général. C'est plus équitable avec les autres religions. Les pasteurs doivent se débrouiller, parfois ils sont auto-entrepreneurs. Les catholiques sont liés au Vatican, c'est l'Église qui doit les payer. Il faut qu'ils s'organisent entre eux. Peut-être que les fidèles devraient apporter une contribution, je ne sais pas. Si le conseil général a pris cette décision, c'est qu'il a besoin d'argent. Et puis les prêtres n'ont pas de loyer à payer. Oui, je pense que les fidèles peuvent payer les prêtres, en tout cas ceux qui le peuvent.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Keskimariv 23.05.2014
pas si catho que cela !!!

Ici en Guyane, je ne m'étonne pas du tout de cette décision mais surtout de la réaction de la population. Entouré par des pays comme le Brésil, le Suriname, beaucoup d'habitants sont animistes et dans d'autres religions, donc, ils n'ont que faire de la religion catholique.
TOUT SE PERD ET C'EST BIEN DOMMAGE.

Répondre Signaler au modérateur
JBET 23.05.2014
salaires

le salaire des prêtres va être verser par le don des fidèles c'est légitime, sinon il faut payer aussi le salaire des pasteurs

Répondre Signaler au modérateur