En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« On fait beaucoup pour essayer d'améliorer l'accueil »

Propos recueillis par Angélique GROS Vendredi 02 février 2018
« On fait beaucoup pour essayer d'améliorer l'accueil »
Jean-Paul Catanese, directeur régional des finances publiques (AG)

Mercredi, nous relations dans nos colonnes les problèmes d'accueil des usagers du centre des finances publiques de Cayenne. Afin de mieux comprendre la situation, Jean-Paul Catanese, directeur régional des finances publiques a accepté de répondre à nos questions.

Pourquoi y a-t-il des problèmes de gestions des usagers en ce moment ?
On a des pointes de charges. Par exemple, en mars - avril, lors du dépôt de la déclaration d'impôt sur le revenu. Mais ça arrive aussi lorsqu'on lance, comme c'est le cas en ce moment, des campagnes de recouvrement, c'est-à-dire quand on relance les contribuables qui n'ont pas payé leurs impôts.
Que s'est-il passé avec la machine à tickets ?
La machine est en panne depuis trois jours. Donc, en attendant, on ne va pas fermer et c'est pourquoi on distribue des post-it. C'est un problème de logiciel et de marché que j'espère résoudre d'ici mars.
Quelles sont les mesures mises en place pour améliorer le service des usagers du centre des finances publiques ?
On fait beaucoup pour essayer d'améliorer l'accueil. On a déjà le service de télédéclaration qui est utilisé par 40% des contribuables.
On a ouvert le centre des impôts de Kourou en 2014. Depuis trois mois à Cayenne nous avons aussi mis en place un service de prise de rendez-vous au guichet ou par internet.
Les effectifs sont-ils en baisse ?
De 2014 à 2018 nous avons eu sept créations d'emplois contrairement à l'ensemble des directions des finances publiques de toute la France où on supprime des emplois régulièrement. En parallèle, si le nombre d'emplois diminue cette année c'est parce qu'il y a des transferts c'est-à-dire qu'il y a du travail qui était fait en Guyane qui ne le sera plus mais il n'y a pas de suppression. En sachant qu'aucun agent n'est obligé de quitter sa direction d'affectation.
Avez-vous recours a des emplois précaires ?
Comme partout en France nous avons recours à des volontaires en services civiques (VSC) qui sont des jeunes que nous recrutons et que nous formons et parfois certains d'entre eux passent le concours et le réussissent pour intégrer ensuite nos équipes. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose d'avoir recours à l'emploi précaire.
Des postes transférés dans l'Hexagone
Au centre des finances publiques à Cayenne, les syndicats s'élèvent contre la délocalisation de trois emplois de géomètres. Les trois postes inoccupés depuis plusieurs années seront transférés à Saint-Germain-en-Layes, en région parisienne.
« Concernant les emplois de géomètres on ne peut pas parler de délocalisation, ils continueront à travailler pour la Guyane. Il faut tenir compte de la réalité, tout le monde sait qu'en Guyane il y a beaucoup de construction illégale, c'est-à-dire sans dépôt de permis de construire. Sur certains territoires ça peut aller jusqu'à 40%. Jusqu'à présent on pensait rattraper ce retard avec des géomètres mais trois des cinq postes sont non pourvus depuis plusieurs années » , explique Jean-Paul Catanese, directeur régional des finances publiques. C'est pourquoi il est question de transférer dans les prochains mois ces postes dans un service dédié à Saint-Germain-en-Layes où se trouve le service national du cadastre. « Ils travailleront sur la base d'ortho-images c'est-à-dire sur des photos aériennes. »
« ON N'A PAS ENCORE VU LA CONVENTION »
Si le directeur assure que ce transfert s'inscrit dans une pratique industrialisée et normalisée qui pourrait permettre plus d'efficacité dans les mises à jour du plan cadastral pour Maxime Horatius, secrétaire régional CGT finances publiques, le doute est bien présent. « Quand vous prenez une photo aérienne vous ne voyez pas l'intérieur des bâtiments donc c'est bien beau le travail à distance mais ça va faire beaucoup de contentieux. » Il pose également la question des difficultés de recrutement. « Nous avions demandé à notre directeur de créer un partenariat pour inciter des jeunes à se former mais la convention qui a été signée avec l'université n'est que pour un an et n'est que de l'information. » Quoi qu'il en soit, il va falloir davantage d'agents sur le terrain avec deux géomètres et 83 000 km2 de territoire et c'est pourquoi une convention est en cours de signature pour mettre à la disposition de la direction régionale des finances publiques, des agents de la Collectivité territoriale de Guyane. » Ce qui rend Maxime Horatius plutôt sceptique. « On n'a pas encore vu la convention, on a déjà eu des agents du conseil général (ex-CTG) mais déjà il faut les former, n'importe qui ne peut pas chercher la base imposable. » Une chose est sûre, les débats sont loin d'être clos, les syndicats rencontrent la semaine prochaine Gabriel Serville qui doit rencontrer le ministre de l'Action et des comptes publics le 6 février.
A.G.
Depuis décembre 2017, une intersyndicale regroupant Solidaires finances publiques, CGT finances publiques et FO DGFIP a été créée pour répondre à la problématique des emplois.
226 personnes travaillent pour les finances publiques en Guyane (AG)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

LiKiLiKi :-) 02.02.2018
Bla Bla Bla

C'est partout pareil et celui qui gère les files d'attente en rigole.
Et comme le dit la chanson : " Les copains d'abord ! ".

Répondre Signaler au modérateur