En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

Nouveau préavis de grève au CMCK pour mardi

P.-Y. C. Jeudi 22 septembre 2016
Nouveau préavis de grève au CMCK pour mardi
Fin juillet, l'UTG avait déjà déposé un préavis de grève. La menace n'avait pas été mise à exécution. Un nouveau préavis court jusqu'à mardi (photo d'archives)

L'UTG et la CFE-CGC ont déposé un préavis de grève pour la semaine prochaine. Les relations avec la direction et l'avenir de la clinique sont toujours au coeur des préoccupations.

Nouvelle menace de grève à la clinique médico-chirurgicale de Kourou (CMCK). Lundi, l'Union des travailleurs guyanais (UTG) a déposé un préavis de grève. Il court jusqu'à mardi. Mais Denis Zéro, secrétaire de l'UTG-CMCK souligne que la grève ne démarrera pas nécessairement ce jour-là. La CFE-CGC, au sein de laquelle sont représentés de nombreux médecins, a également déposé un préavis.
À l'UTG, les revendications sont peu ou prou les mêmes qu'au début des grandes vacances. Le syndicat n'envisage pas d'entrer en discussion puisque l'une de ses principales demandes est le départ de l'actuel directeur et de son équipe. Les autres points portent sur les conditions de travail des trois cents salariés (revalorisation des salaires, embauches des jeunes diplômés locaux...) et sur l'avenir de la clinique.
« Nous avons toujours les problèmes avec la T2A (tarification à l'acte) et la Croix-Rouge, poursuit Denis Zéro. Il y a un grand débat entre l'ARS (Agence régionale de santé), qui doit gérer le côté sanitaire, et la Croix-Rouge, qui est dans une logique financière. » Le syndicaliste en veut pour preuve la fermeture de la cardiologie il y a quelques mois et cite l'exemple de la fermeture de chambres transformées en bureaux et du regroupement de services. « Nous subissons une politique de restriction. »
L'hypothèse, un temps évoquée, que des repreneurs rachètent un jour le CMCK est, selon lui, inenvisageable. « Nous sommes dans le domaine de la santé. Soit on parle de soigner les gens, soit on parle de faire du business. Il n'y aura pas de repreneur ; il faut être sérieux. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Cincinatus 23.09.2016
Faillite programmée des établissements de santé

Le passage à la tarification à l'activité, sans discernement et sans aménagement a,en grande partie provoqué les déficits considérables des établissements de santé guyanais.
Le chiffres sont colossaux et on peut s'étonner que rien n'ai été fait pour enrayer cette chute. On laisse filer jusqu'au moment où il faut aller mendier des rallonges.
C'est humiliant et contraire à tous les principes de bonne administration.
La T2 A est inadaptée en raison:
Du profil d'activité qui est atypique, lui même représentatif de la structure démographique et culturelle de la population.L'activité n'est pas, par nature rémunératrice.Elle n'en est pas moins utile!
La taille de la population et sa répartition sur le département, trop réduite et trop dispersée sur un vaste territoire
L'un des objectifs de la T2A est d'améliorer l'efficience des établissements. A l'évidence c'est raté. Même le CMCK qui a toujours été excédentaire,est maintenant en grande difficulté. Le lien avec le mode de tarification est facile à démontrer, la comptabilité ne ment pas.
Il est temps de reposer la question de la tarification. Elle n'explique pas tout, mais reste un passage obligé pour que les besoins sanitaires soient davantage satisfaits et que les professionnels travaillent plus sereinement.

Répondre Signaler au modérateur