En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

« Nous sommes entrés en résistance »

Propos recueillis par L.M. Vendredi 08 décembre 2017
« Nous sommes entrés en résistance »
Une distribution de tracts avait lieu hier, aux abords du CSG. En médaillon, Jean-Luc Assard (LM)

Les membres du collectif Restons ensemble, composé des salariés d'Endel et de l'union syndicale étaient mobilisés hier sur les accès au Centre spatial guyanais. À travers une distribution de tracts, ils entendaient sensibiliser les automobilistes sur les conséquences de la perte des marchés du spatial pour leur société. Entretien avec Jean-Luc Assard, porte-parole du collectif des salariés d'Endel.

Quelles sont les raisons de votre mobilisation ?
« D'une part, nous avons appris qu'Endel a perdu le dernier marché sur les six prévus et d'autre part, nouvel événement majeur, c'est le fait qu'il y ait deux « blacklists » qui circulent au niveau de RMT et Idex (sociétés choisies) qui font qu'un total de quatorze personnes ont été rejetées par celles-ci, en plus de la perte du marché du transport (V L) qui concerne six salariés. Ça fait une vingtaine de salariés qui, au premier janvier prochain, ne savent pas ce qu'ils deviendront. »
La détermination est collective ?
« Nous sommes très clairement rentrés en résistance et des actions serons menées si nous n'avons pas de réponse du CSG. Il n'est pas normal qu'aujourd'hui, on nous demande de négocier à nouveau nos acquis sociaux avec les nouvelles sociétés qui ont repris la totalité des marchés d'Endel pour le spatial. »
Quel est l'impact de la perte des marchés par Endel dans le domaine du spatial ?
« Ces marchés perdus par la société Endel sont : l'Energie, perdue au profit de RMT, la climatisation, perdue au profil d'Idex ainsi que le transport (VL) et la logistique manutention. Nous avons déposé deux recours qui avaient été déboutés au mois d'octobre dernier par le tribunal administratif. Ceux-ci ont reçu un contre recours du CSG qui n'était pas d'accord. »
(LM)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

LiKiLiKi :-) 09.12.2017
N'est-ce pas

Eux qui sont partis en plein mouvement post obtention de primes ?...

Répondre Signaler au modérateur
xxl 09.12.2017
@greg 974

VOUS AVEZ FAIT LENA, vous avez domicilié chez nous, comme disent tous les français de france, NOUS LES GUYANAIS, nous sommes chez nous, comme tout bon corse qui dit qu'il est chez lui, il y a tant d'océans qui nous séparent pourquoi ne pas nous ignorer voir nous oublier et foutez nous la paix et comme ça vous verrez pas nos fautes d'orthographe, vous critiquerez pas notre fonctionnement, notre comportement,
vous ne verrez pas que nous sommes noir, que nous parlons très mal le français,

Répondre Signaler au modérateur
greg974 10.12.2017

Mon pauvre, entre écrire correctement et faire l’ENA, il y a un pas. Et une faute sur un panneau de revendication ça fait tâche et pas sérieux. De toute façon, à la moindre remarque, on est raciste...vous êtes ridicule et heureusement que des gens comme vous sont minoritaires en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
greg974 08.12.2017

J’adore la faute d’orthographe sur le panneau...qu’ils aillent déjà à l'école au lieu de bloquer sans cesse les Guyanais.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 08.12.2017
Ils ont appris qu'il y avait une black list ...

J'espère pour le bien de ces sociétés qu'il y a une black list ! N'oublions pas que ce sont les syndiqués UTG d'Endel qui ont commencé à mettre le basard en Guyane au mois de mars 2016. L'UTG a gangrèné cette grande entreprise, ils n'ont pas le droit de détruire toutes les entreprises de Guyane. Que ces fauteurs de troubles se trouvent une autre occupation.

Répondre Signaler au modérateur