En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Les communes isolées n'intéressent personne »

Propos recueillis par Pascal BOUSSOUSSA Vendredi 21 avril 2017
« Les communes isolées n'intéressent personne »
Anoussa Abienso et Alain Djani, porte-parole du collectif du Lawa (PB)

Le collectif du Lawa était à Papaïchton hier pour une journée de partage d'informations. Un rassemblement de près de 300 personnes s'est tenu place du Fromager. Le collectif a rappelé les revendications et résumé les événements de ces quatre semaines de mobilisation. Anoussa Abienso et Alain Djani, porte-parole du collectif du Lawa, estiment que les habitants du fleuve sont lésés.

Quels sont les points sur lesquels vous avez obtenu satisfaction ?
Anoussa Abienso : Nous avons reçu satisfaction pour le lycée de Maripasoula et le collège de Taluen qui ont été actés sur le 1,085 milliard d'euros accordé par le gouvernement.
Quels sont les points qui sont toujours en attente ?
AA : Les points bloquants sont l'hôpital de Maripasoula et l'annexe de Papaïchton et de Grand-Santi. Mais on est toujours en négociations sur le plan d'urgence sur les différents points qui nous concernent.
Comment envisagez-vous la suite du mouvement ?
AA : On reste mobilisé parce que l'avenir du Lawa est en jeu. On doit aussi tenir des conférences d'information à Grand-Santi et Maripasoula.
Quel est votre ressenti après votre déplacement du collectif sur Cayenne ?
Alain Djani : On peut dire que le Haut-Maroni a été oublié. On commence par les différentes plates-formes qui ont été mises en place à la préfecture. On avait demandé une plate-forme spéciale Haut-Maroni, comme on n'avait pas pu se rendre massivement sur le littoral pour nous exprimer et que nous n'étions pas assez nombreux pour avoir des représentants sur chaque plateforme.
Qu'en est-il de la route du fleuve ?
AD : C'est une des promesses de campagne du président (Rodolphe Alexandre) et des différents élus de la CTG (Collectivité territoriale de Guyane) de la vallée du Maroni. Mais malgré la promesse, ils ne veulent pas en entendre parler. Aujourd'hui, on voit que les communes isolées n'intéressent personne, pas même les élus qui sont censé nous défendre! On voit que nous, population du Haut-Maroni, on doit lutter deux fois plus que les autres pour nous faire entendre et obtenir des choses. On doit lutter pour avoir de l'argent en Guyane et on doit encore lutter contre le littoral pour obtenir ce qui nous est dû.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Pli33 22.04.2017
Ah oui

C'est pur vérité,mais Cayenne,Matoury je crois qui donne beaucoup de importance, les communes d intérieur sont totalement oublier

Répondre Signaler au modérateur