En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Les assistantes maternelles « en souffrance »

C. F Jeudi 31 août 2017
Les assistantes maternelles « en souffrance »
La Collectivité territoriale (CTG) (photo d'archives)
Les assistantes maternelles (Asmat) du service multi-accueil de la Collectivité territoriale (CTG) ont entamé hier un mouvement de grève. Dans un préavis daté du 2 août, les professionnelles du secteur « en souffrance » , avance l'une d'elles, ont fait part de leur ras-le-bol concernant leur « situation administrative pour le moins obscure » . Employées par la collectivité, les onze Asmat accueillent chacune à leur domicile trois enfants.
Parmi leurs doléances, Patricia Simonard, secrétaire générale de l'Union des travailleurs de Guyane (UTG), évoque le « statut complètement bâtard » de leur travail car « elles ne sont pas fonctionnaires mais agents contractuels » . C'est notamment lors de demandes spécifiques que cette incertitude pose problème. Marta Cimonard, Asmat depuis cinq ans à la CTG, attend « des précisions sur [leur] régime » . Elle donne l'exemple d'une formation qu'elle envisage de suivre mais, dit-elle, « personne n'est capable de me transmettre les informations. Qui va me payer pendant ce temps-là ? »
Le syndicat veut aussi « définir les éléments qui composent leur rémunération et élaborer le temps de travail et le calcul des jours de RTT » .Une réponse du président Rodolphe Alexandre a tout de même été envoyée le 15 août. Il trouve « légitime » leur volonté d'éclaircissement et se réfère au pôle des ressources humaines. Ce dernier n'ayant pas donné signe de vie depuis quinze jours, les Asmat ont cessé le travail « pour une durée illimitée » .

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

den97300 03.09.2017
Être fonctionnaire. Cela dérange certains internautes ?

A la lecture de cet article, ces femmes ne demandent pas à devenir ou être reconnue comme fonctionnaire mais tout simplement un éclaircissement de leur situation administrative, ce qui me paraît légitime. De plus, quel mal à devenir fonctionnaire? Je ne comprends les commentaires de certains, toujours les mêmes a cracher leur venin. Mais bon, chacun est libre de ses opinions. Et pour finir, ces femmes travaillent honnêtement et ont droit à une reconnaissance. Alors aux critiques inutiles, merci d'en prendre bonne note.

Répondre Signaler au modérateur
Keskimariv 01.09.2017
rejet et en même temps....

Tout le monde veut être fonctionnaire tout en rejetant l'"ETAT colonial" !! Cherchez l'erreur
SANS COMMENTAIRE MAIS COMMENT TAIRE.....

Répondre Signaler au modérateur
PEFL 31.08.2017
Être fonctionnaire territorial comme tout le monde

Je me trompe où leur seul voeu / exigence c'est d'être fonctionnaires ?!

Répondre Signaler au modérateur