En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
RÉMIRE-MONTJOLY

Les agents pénitentiaires « au bord de la rupture »

Marine JACQUES Jeudi 13 juillet 2017
Les agents pénitentiaires « au bord de la rupture »
En un mois, les agents pénitentiaires accumuleraient plus de 4 000 heures supplémentaires (photo d'archives)

Le syndicat Ufap-Unsa entend mener des actions dès la semaine prochaine et envisage d'engager une procédure judiciaire à l'encontre de la direction du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly.

Les agents du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly accumulent les heures supplémentaires au détriment de leur santé, d'après René Polydore, secrétaire général de l'Ufap-Unsa Guyane. « Il y a eu trois cas d'accident vasculaire cérébral, c'est à associer au présentéisme » , pense-t-il. En un mois, plus de 4 000 heures supplémentaires seraient dénombrées, et plus de 50 000 par an. Au lieu de travailler soit de 7 heures à 13 heures, soit de 13 heures à 19 heures, un même agent serait contraint de travailler de 7 heures à 19 heures. « Même si des agents veulent faire des heures supplémentaires, la direction doit les limiter pour les protéger » , insiste René Polydore. Selon lui, l'administration ne tient pas ses engagements en terme d'effectif.
UN FONCTIONNEMENT EN SOUS-EFFECTIF
Chiffres à l'appui, il indique que 178 agents sont affectés au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly alors que l'administration aurait calculé que l'établissement devrait avoir 190 agents pour fonctionner. Le syndicat Ufap-Unsa ne comprend pas que l'établissement puisse fonctionner en sous-effectif alors que les conditions de travail sont difficiles. Les cellules sont surpeuplées. « Imaginez, quatre détenus doivent cohabiter dans une cellule de 12 m2 dont les toilettes sont à l'intérieur » , décrit René Polydore. « Il faut que les agents aient le temps de se reposer pour pouvoir gérer un tel environnement » , ajoute-t-il. Selon l'observatoire international des prisons, au 1er juin 2017, le centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly avait une capacité de 613 places et 855 détenus étaient enfermés dans l'établissement. Le syndicat Ufap-Unsa a demandé au Comité d'hygiène et de sécurité départemental de statuer sur les conditions de travail. Il est également en train de démarcher un avocat pour « traduire devant le tribunal la responsabilité de la direction » . « Des contacts sont pris pour que dès la semaine prochaine des modalités d'actions soient définies » , est-il écrit dans le communiqué. Le syndicat s'est notamment rapproché du collectif Pou Lagwiyann dékolé et des 500 Frères.
Contacté hier, le directeur du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly, Henri-Michel Pene, se disait prêt à communiquer à condition que la direction interrégionale l'y autorise. Nous n'avons pas eu de retour avant que l'édition soit mise sous presse.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Lokalman973 17.07.2017
Mdrr

Sur place il est dans les locaux en plus !!!

Répondre Signaler au modérateur
fran973 15.07.2017
undefined

Ils devraient demander conseil au roi des barrages pour un mouvement de contestation réussi

Répondre Signaler au modérateur