En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Un accord à court et moyen termes

P.Y.C Samedi 22 avril 2017
Un accord à court et moyen termes
Davy Rimane, porte-parole du collectif, est rattrapé par l'émotion alors qu'il évoque ses collègues d'EDF toujours menacés par des pertes d'emploi depuis le balcon de la préfecture avant la signature de l'accord (GG)

Voici les principaux points de l'accord signé hier après-midi.

LES PLANS ET ACCORDS
Le plan d'urgence de 1, 086 milliard (lire ci-contre) est validé. Les demandes des élus et du collectif pour 2, 1 milliards (lire ci-dessous) feront « sans délai l'objet d'un examen prioritaire pour programmer et mettre en oeuvre un plan additionnel tant d'investissement que de fonctionnement. Les quatorze accords sectoriels seront finalisés. »
LE DÉBAT STATUTAIRE
« Le gouvernement fera l'objet d'une saisine par le congrès des élus de Guyane d'un projet d'évolution statutaire. Le président de la CTG convoquera un congrès pour l'ouverture des travaux des états généraux du projet Guyane en 2017. Le gouvernement devra répondre à ce projet [...] Dans le même temps, le gouvernement s'engage à prendre les dispositions nécessaires pour la publication d'un décret convoquant le corps électoral guyanais pour une consultation de la population sur l'évolution statutaire selon un calendrier négocié entre la CTG et l'État. »
À MOYEN TERME
« Les élus, le collectif et l'État conviennent de l'élaboration, à venir, du projet Guyane issu des travaux des états généraux qui portera des ambitions à plus long terme pour la Guyane et fera l'objet de discussions en format tripartite État-élus-société civile. »
EN TOUT ÉTAT DE CAUSE
« Les signataires s'engagent à n'initier aucune procédure disciplinaire, civile, pénale ou administrative à l'encontre des participants aux mouvements de revendication de février à avril 2017. » Sur ce point, le procureur de la République a rappelé hier son indépendance.
« [...] Le présent accord sera soumis à une validation interministérielle sous l'égide du Premier ministre. Un comité de suivi du présent accord, constitué de représentants de l'État, des parlementaires de Guyane, du collectif Pou Lagwiyann dékolé et des collectivités territoriales de Guyane se réunira à périodicité régulière, à l'initiative d'une des parties, pour s'assurer de la mise en oeuvre du présent accord. »
« Les comptes rendus seront communiqués pour publication aux médias écrits et audiovisuels locaux et nationaux. » « En conséquence, le collectif décide la levée des barrages. » « Le présent protocole sera publié au Journal officiel de la République. »
UN PLAN D'UN MILLIARD
Sécurité
Un état-major de sécurité est créé et un escadron de gendarmes mobiles s'installe en Guyane. Cent quarante hommes renforceront police et gendarmerie, ainsi que 100 réservistes. La zone de sécurité prioritaire de Saint-Laurent entre en action, des barrages mobiles sont créés sur la RN1 et la RN2 et tout sera fait pour renvoyer dans leur pays les étrangers condamnés. Un tribunal de grande instance est créé et une prison construite à Saint-Laurent ; à Cayenne, une cité judiciaire voit le jour. Enfin, un échographe est installé à l'aéroport pour détecter les mules.
Santé
Le centre médico-chirurgical de Kourou (CMCK) reste dans le giron public. L'hôpital de Cayenne obtient 20 millions pour payer ses fournisseurs et 40 millions pour se moderniser ; celui de Saint-Laurent, 25 millions pour investir. Un plan de 5 millions d'euros est mis en place pour la politique du handicap.
Éducation
La Collectivité territoriale de Guyane (CTG) recevra 250 millions en cinq ans pour construire des collèges et lycées ; les mairies, 150 millions en dix ans, au lieu de 100 millions, pour bâtir des écoles. Le nombre d'intervenants en langue maternelle (ILM) est doublé à la rentrée.
Foncier
La CTG et les communes reçoivent 250 000 hectares de l'État ; les peuples autochtones, 400 000.
Aménagements
Seront lancées des études pour le doublement du pont du Larivot, une première tranche de doublement des RN1 et RN2 entre Cayenne et Macouria et entre Cayenne et Matoury, ainsi que des études pour une seconde tranche, à chaque fois pour 100 millions d'euros.
Économie
L'État lance cette année un pacte fiscal et social pour « favoriser le redémarrage de l'économie » . La CTG recevra 4,5 millions d'euros pour régler ses dettes aux transporteurs. Trois millions et demi d'euros et 5,5 millions qui leur sont dus seront réglés aux pêcheurs et aux agriculteurs. Deux moyens nautiques seront engagés contre la pêche illégale. L'État va solliciter la Commission européenne pour les aides à la filière bois.
Collectivité territoriale
Les 53 millions d'euros de prêt de la CTG sont transformés en subvention exceptionnelle. La CTG recevra 50 millions pendant trois ans pour le RSA, et 9 millions cette année pour compenser la part d'octroi de mer reversée aux communes.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
21 commentaires

Vos commentaires

brigandin2 24.04.2017
Merci à france-guyane de jouer le jeu

Voilà pourquoi je me suis montré très actif sur fg: Halte à l'aversion et à la détestation entre nous !
Il était essentiel pour moi de combattre l'idéologie et les discours de précheurs de haine que sont melville et ses affiliés.
Nous devons combattre l'exécration,la misantropie et l'inimitié de ces personnes qui ne pronent que haine et divisions dans la société
La guyane est une et indivisible.
JE RAPPEL A TOUS CES PERTUBATEURS,EXITATEURS,AGITATEURS,PROVOCATEURS,FACTIEUX QU'ILS PEUVENT ETRE TRADUITS EN JUSTICE POUR INCITATION A LA HAINE RACIAL.
Guyanais soyons pour l'amitié entre les peuples et pour le vivre ensemble...Et non l'inverse.
Vive la guyane vive la france.

Répondre Signaler au modérateur
brigandin2 24.04.2017

Non mais vous avez vu le niveau d'intelligence de ces énergumènes,à les entendre ils ont fait(L'ena,normal sup,sciences po,polytechnique etc...)
Une bande de marioles je vous dis.
ILS ont pris l'état pour une personne.
Ce méchant vilain état qui les fait tant souffrir mais l'état c'est vous,c'est nous tous citoyens français.
Qui financeras ces soit disant 3 milliards ??? Nous les citoyens français guyanais.
3 milliards c'est plus de 10 000 euros par habitant pour les 67 millions de français dont nous faisons parti vous y avez pensé.
Ne vous plaignez pas quand les impots augmenteront et pas qu'un peu.
Vous la voyez la fumisterie.
ET son altesse sérénissime le maréchal empereur ainsi que ces théoriciens et idéologues du mdes,utg,réclament maintenant 7 milliards.
Faites le calcul,c'est la syncope assuré.
POUAAHH !!!

Répondre Signaler au modérateur
GIZMO 24.04.2017

bon puisqu'il semble difficile d'évoquer sur FG les casseroles que traînent certains (même si FG a publié des articles sur leurs condamnations), je vais m'en abstenir, mais je réitère la question que je posais à Melville dans mon dernier commentaire, à savoir: qu'est ce qu'être Guyanais, quelle est sa conception de la guyanité ? Ceci dit, à la lecture continue des messages de Melville depuis un long moment sur FG, son absence de réponses à certains commentaires...je me pose la question de savoir si Melville ne serait tout simplement pas un troll...

Répondre Signaler au modérateur
Xx-PrésidentGuyannais-xX 04.05.2017

Qui peut le plus peut le moins ! Après je dis ça je dis rien, si et seulement CQFD.
Bonne et agréable continuation au seins de notre entreprise.
Cordialement, MrLeTroll.

Répondre Signaler au modérateur
GIZMO 24.04.2017
Tiens ! tiens !

FG censure les commentaire qui pointe du doigt là où ça fait mal mais laisse passer les propos haineux de Melville...

Répondre Signaler au modérateur
Rédaction France-Guyane 24.04.2017

Bonjour, nous vous invitons à retrouver notre charte de bonne conduite sur notre site. Les modérateurs se réservent le droit de supprimer tous commentaires contraires à celle-ci (notamment la diffamation, l’incitation à la haine raciale, l’atteinte aux bonnes mœurs, les propos hors-sujet...).

Répondre Signaler au modérateur
greg974 24.04.2017

Et les posts de Melville ne relèvent-ils pas de l'incitation à la haine raciale en pointant sans cesse les gens qu'ils nomment les "métro-colons" ?

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 23.04.2017

Rappelons que le changement statutaire était demandé par le seul CEMEA (centre d'entrainement aux méthodes d'éducation active), soit 1 point sur 428 au total !
Et aujourd’hui, on voudrait nous faire croire que l'ensemble de la population le souhaite !
Ça c'est de la belle blague.
Rodolphe Alexandre va-t-il donc considérer que le CEMEA est représentatif de la population Guyanaise ?
Relancer le débat statutaire n'est pas une petite affaire, on se souvient de 2010.
Les élus vont être attendus au tournant.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 23.04.2017
Pour Melville, la solidarité une guyanaise ? Un mythe !

PS : Je constate qu'une fois la réforme statutaire de la Guyane en poche, le collectif Pou la Gwyann dékoné n'a plus du tout défendu les besoins de nos compatriotes du Haut-Maroni. Une fois que les indépendantistes ont eu ce qu'ils voulaient (soit un vote pour l'autonomie de la Guyane), ils ont laissé tombé nos compatriotes des communes reculées sur le Maroni et après ils donnent des leçons à la France d'abandon de la Guyane et de lutte entre guyanais et métro-antillais! Ca fait rire.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 23.04.2017

"une fois la réforme statutaire de la Guyane en poche, le collectif Pou la Gwyann dékoné n'a plus du tout défendu les besoins de nos compatriotes du Haut-Maroni"
Je me permets de rectifier :
Le collectif n'a jamais soutenu nos compatriotes du Haut-Maroni, ni même ceux de l'Oyapock, du Haut Oyapock. Le jours où la ministre recevait les représentants des peuples amérindiens et bushinengué, le collectif était totalement absent, tout comme les 500 frères. Ils ont dû défendre leurs causes tout seuls, en évitant les multiples croc en jambe du collectif.

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3