France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK

« Plus le temps passe, plus les entreprises sont fragilisées »

« Plus le temps passe, plus les entreprises sont fragilisées »

Face à l’arrêt brutal d’activité auquel les entreprises sont confrontées en raison du mouvement social, la chambre de commerce et d’industrie de Guyane (CCIG) et la Fédération des très petites entreprises (FTPE) ont mis en place cette semaine des cellules de crise pour répondre à l’inquiétude de chefs d’entreprise en difficulté. Et pour chacune, un constat s’impose : plus la crise dure, plus l’impact sera sévère.

Depuis lundi, une cellule de crise fonctionne à la CCIG sur le modèle de celle qui avait existé en 2008 au moment des blocages destinés à protester contre les prix excessifs des produits pétroliers. Objectif : écouter, renseigner et conseiller, explique Charles-André Clarke, en charge de la cellule avec Jean-Michel Nicolas, directeur général adjoint des services opérationnels à la CCIG.

« Même si certaines entreprises, dans leur façon de fonctionner, sont moins touchées que d’autres, tout le...
franceguyane.fr 1038 mots - 07.04.2017
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous

À partir de 8€ /mois

Achetez une formule à l'acte

Accès au site pendant 24h A partir de 1,70€
Voir toutes les offres