En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Opération judiciaire à Suzini

D.B Vendredi 14 Avril 2017 - 11h16
Opération judiciaire à Suzini

 Les policiers et gendarmes se sont rendus ce vendredi matin sur le barrage de Suzini pour relever les identités des personnes sur place et les plaques d'immatriculation des véhicules. 

Ce matin, une opération commune des policiers et des gendarmes a eu lieu au rond-point de Suzini à Rémire-Montjoly. Cette action fait suite à une réquisition du procureur de la république pour entrave à la circulation. Les agents ont relevé les identités des personnes sur place, ainsi que les immatriculations des véhicules afin de dresser des procès-verbaux. Le procureur devrait s'exprimer à ce sujet par voie de communiqué en fin de matinée.
PLUS DE DETAILS DANS LA JOURNEE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
16 commentaires

Vos commentaires

Déterminé 17.04.2017
Rentrez donc chez vous

Tous ces gens ( je dirais 3000 sur 250000 +) qui sont contre nos demandes, qui sont-ils ? Bah c'est simple, des racistes, ou patrons de sociétés véreux, ou des gens d'ailleurs venu prendre la place sur le marché guyanais et qui seront les 1er à prendre un billet d'avion pour envoyer leurs enfants étudier autre part car la qualité est médiocre ici. Bah ne venez plus, restez chez vous bande de mécréants, l'argent que l'on demande est celui que vous nous avez volé. Et puis, les problèmes en hexagone sont mineurs quant aux notres. L'esclavage est un prétexte ici comme la shoah l'est en France, allez salut. Cordialement

Répondre Signaler au modérateur
xxl 15.04.2017
ESCLAVE

Des générations et générations après l'esclavage la nouvelle et jeune génération veulent briser les chaînes de leurs têtes

Répondre Signaler au modérateur
Malbar974 15.04.2017
FINI L ESCLAVAGE

Il faudrait évoluer et arrêter de mettre l esclavage a toute les sauces et de s apitoyer sur son sort en brandissant le spectre de l esclavage.
La vérité c est que les guyanais sont suffisamment idiot pour élire depuis des générations les mêmes politiciens a la tête de leur département sans tirer la moindre leçon des scandales de corruption qui touche leur élus locaux.
Alors aujourd hui demander de l argent au blanc de métropole alors que vous n en voulez pas sur votre territoire n est ce pas un peu hypocrite?

Répondre Signaler au modérateur
Gabianne 15.04.2017
alors là

BRAVO!!!!! en peu de mots, pointer les incohérences. Next.

Répondre Signaler au modérateur
René 15.04.2017
Esclaves

Vous êtes toujours aussi drôle, xxl. Où sont les descendants des esclavagistes de l'époque ? Où sont les esclavagistes de maintenant ? Sachez qu'en métropole à l'époque , les habitants étaient au moins aussi éloignés de l'esclavage que vous pouvez l'être de celui qui gère la fabrication de vos chaussures et habits par des enfants de pays pauvres ? Vous savez de quoi vous allez l'air xxl, en sortant des âneries à tout bout de champ ?

Répondre Signaler au modérateur
INVITE 15.04.2017
nou bon kesa

On se demande bien ce que vient faire l'esclavage là dedans...

Ah oui, le guyanais qui n'a aucun argument valable va systématiquement ressortir l'esclavage et le colonialisme...

Répondre Signaler au modérateur
xxl 15.04.2017
ESCLAVE

Des générations et générations après l'esclavage la nouvelle et jeune génération veulent briser les chaînes de leurs têtes

Répondre Signaler au modérateur
xxl 15.04.2017
pauvre cesaire

II La départementalisation, source d’humiliation et facteur d’acculturation.
Sur l’insistance du Gouvernement, réticent devant la perspective – coûteuse pour le
budget de la Nation comme pour les grandes familles coloniales – d’une extension des lois
sociales aux nouveaux départements, la loi du 19 mars 1946 les maintenait sous le régime
juridique colonial de la « spécialité ». Ce fut, quelques mois plus tard, la Constitution de la
IVème République qui, dans son article 73, affirma enfin, conformément aux vœux des
initiateurs de la départementalisation : « Le régime législatif des départements d’outre-mer est
le même que celui des départements métropolitains, sauf exceptions déterminées par la loi. »
Néanmoins les décrets d’application des lois sociales se firent attendre des années, suscitant
une immense déception et une grande amertume : « nous avons reçu les premiers CRS avant
de voir la première application de la Sécurité sociale ! »7
Devant une telle discrimination, AIMEE CESAIR prit dès 1956 ses distances avec
l’idéologie assimilationniste qu’il avait lui-même exprimée dix ans plus tôt, et dénonça dès
lors le « malentendu profond entre la France et nous » qu’avait recouvert, à ses yeux, la
notion d’assimilation : « quand on disait « assimilation », en France on pensait « aliénation »,
« francisation », « centralisation », et quand les Martiniquais disaient « assimilation » ils
pensaient à « justice sociale » et à « égalité » ». Ses doutes, voire ses regrets, ne tardère

Répondre Signaler au modérateur
zipan 15.04.2017
Césaire un beau parleur qui ne faisait juste que de la politique

Toujours rester bien au chaud( était aussi dans le système très adroitement) n'a jamais fait plus qu'il n'en faut, c très ben vendu...
Ce n'est pas mon héro .

Répondre Signaler au modérateur
blabla 15.04.2017

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur