En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Les collectifs ne veulent pas perdre la face »

Propos recueillis par Maud ALAMACHÈRE Samedi 15 avril 2017
« Les collectifs ne veulent pas perdre la face »
Solidaire du mouvement, Harry Hodebourg, estime néanmoins que les barrages doivent être levés pour cesser de paralyser le pays (MA)

Harry Hodebourg, délégué régional du Cap21, a entamé une grève de la faim le 3 avril. Sa manière à lui de manifester son soutien au mouvement. Il y a mis un terme jeudi en début d'après-midi après dix jours de jeûne et cinq kilos en moins. Il s'interroge sur le bien-fondé du maintien des barrages qui entravent l'économie du pays. Il annonce qu'il ne se présente pas aux législatives.

Que pensez-vous de de la tournure qu'a pris le mouvement cette dernière semaine ?
Les collectifs ne veulent pas perdre la face, mais ce ne sont pas des négociateurs. Au CSG, les représentants des collectifs l'ont dit, on s'est rendu compte que ce n'est pas à Kourou que les choses se jouent. Depuis, on entend sur la radio, des appels à l'unité forcée. Malgré tout, il y a beaucoup de gens qui disent qu'il faut sortir, qu'il faut lever les barrages. Tout mouvement a besoin d'actes révolutionnaires. Les barrages sont des actes révolutionnaires mais ils ne peuvent pas durer dix mois! Il faut ménager les soldats comme l'a si bien dit Alain Chung!
Pourquoi avez-vous fait cette grève de la faim ?
Il s'agit de faire appel aux forces de l'esprit pour qu'elles viennent en aide à la Guyane. Ce n'est pas mon premier jeûne, mais c'est ma première grève de la faim politique. Il faut faire un minimum de sacrifices. Lorsque je suis entré en jeûne, j'ai contacté trois membres des 500 Frères pour qu'ils me rejoignent dans un geste fort de grève de la faim. Ils n'ont pas répondu. Ça aurait peut-être plus fait avancer la situation à l'international.
Selon vous, quel est le mot d'ordre de cette mobilisation ?
Nou tout guyanais, il faut rester solidaires!
Il y a quand même de l'égo. Ce n'est pas parce que tu tiens le micro, que tu as ta photo dans le journal du samedi que tu vaux mieux que les autres. Moi-même je suis un gros égocentrique. Un collectif, c'est un groupe d'associations qui ensemble montent un collectif et prennent des décisions collégialement. Ce n'est pas cinq hommes qui décident seuls!
Vous présentez-vous aux élections législatives ?
Je retire ma candidature aux prochaines législatives. J'estime que les conditions matérielles, mentales et physiques ne sont plus réunies pour mener à bien ce combat.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

g6d 16.04.2017

Après toutes les rodomontades dignes de Cyrano que nous avons eu jusqu'à ce jour en Guyane, comment faire pour arrêter, non pas le mouvement qui a du sens, mais les blocages qui gênent beaucoup les Guyanais et dont personne ne se préoccupe en Métropole ( 100 manifestants hier)?

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 15.04.2017
Pas crédible

On ne peut pas appeler à l'unité et à la solidarité entre Guyanais en portant un t-shirt qui a une telle connotation raciale. Ce n'est pas crédible, ça brouille le message et c'est d'un infime mépris pour les peuples autochtones, qui, on ne se lassera jamais de le répéter, refusent de s'identifier aux couleurs panafricaines. Et ils ne sont pas les seuls.

Répondre Signaler au modérateur
INVITE 15.04.2017

A l'heure actuelle, ces barrages ne sont que nuisances pour la population et l'économie guyanaise.
Leur maintien n'aura aucun impact dans la mesure ou le gouvernement actuelle ne prendra aucune décision et engagement.

Dans l'attente des élections et de la mise en place du nouveau gouvernement, les blocages actuelles ne sont que les caprices de quelques meneurs ne voulant pas perdre la face.

Répondre Signaler au modérateur
Sti973 15.04.2017
Ça fait du bien

Des propos réfléchis, posés, prenant du recul plutôt que d'être dans l'émotion.
Ça fait du bien.
Merci

Répondre Signaler au modérateur
HarryHodebourg 15.04.2017
Erratum

A la fin de la première réponse, il faut lire :
"Il faut ménager les soldats comme l'a si bien dit Alain TIEN-LIONG !"

Répondre Signaler au modérateur