En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Des contrôles judiciaires aux barrages

D. N. Samedi 15 avril 2017
Des contrôles judiciaires aux barrages
Les personnes installées sur le barrage Suzini ont été contrôlées par des agents de police et de gendarmerie hier matin. Ceux-ci ont relevé leurs identités ainsi que les immatriculations des véhicules (DR)

Hier matin, les personnes postées au barrage de Suzini ont été surprises par des policiers et des gendarmes qui ont relevé leurs identités ainsi que les immatriculations des véhicules. Aucune poursuite n'a été confirmée pour l'instant.

Ces derniers jours, 32 plaintes ont été déposées auprès des services de police et de gendarmerie pour entrave à la circulation sur la voie publique, et à Kourou, la compagnie de gendarmerie a reçu un renseignement judiciaire qui concerne une pétition signée par 250 personnes. Suite à ces signalements, le procureur de la République, Éric Vaillant, a donné pour instruction à ces services pour procéder à des contrôles sur les barrages afin d'identifier les responsables de ces blocages.
SUZINI D'ABORD, LES AUTRES ENSUITE
Hier à 7 heures, c'est par le rond-point Suzini à Rémire-Montjoly que 30 policiers et 40 gendarmes ont commencé à relever les identités des personnes et les immatriculations des véhicules installés sur place. L'opération a duré une demi-heure et s'est déroulée dans le calme, selon les forces de l'ordre.
Le procureur de la République a confirmé en fin d'après-midi que d'autres opérations auraient lieu dans les prochains jours, accompagnées de retraits de véhicules. Il n'a cependant pas précisé où et quand s'effectueraient ces contrôles. « Ces opérations ont été discutées conjointement avec le préfet, nous sommes pour l'instant dans une phase d'enquête, nous verrons ce que nous ferons après » , a-t-il ajouté. Il a cependant rappelé que le délit d'entrave à la circulation est une infraction punie par la loi de deux ans d'emprisonnement, de 4 500 euros d'amende et d'une suspension du permis de conduire pendant trois ans.
Peu d'informations supplémentaires ont été données, si ce n'est la confirmation des opérations jusqu'au rétablissement complet de la libre circulation sur toutes les voies publiques du territoire.
Autorisation exceptionnelle pour les camions à Pâques
Les magasins, pharmacies, éleveurs... pourront être livrés en ce week-end de Pâques.
Jeudi soir, dans la foulée de l'annonce, par le collectif Pou Lag-wiyann dékolé, de l'ouverture des barrages, le préfet a pris un arrêté autorisant les poids lourds à prendre la route aujourd'hui, dimanche et lundi. Il juge qu'il y a une « extrême nécessité d'assurer l'approvisionnement en marchandise de première nécessité » . Les véhicules de plus de 7,5 tonnes ont eu le droit de rouler du jeudi soir 22 heures jusqu'à vendredi à la même heure, puis d'aujourd'hui 22 heures jusqu'à lundi 22 heures.
Pour justifier sa dérogation, le préfet met en avant « l'extrême nécessité d'assurer l'approvisionnement en marchandise de première nécessité » .
Actuellement, plus de trois cents conteneurs, dont une quarantaine de conteneurs réfrigérés, attendent au port.
Plus de 1 000 autres ont été débarqués dans des ports voisins ou sont restés sur les bateaux qui devaient les déposer à Dégrad-des-Cannes. Les pharmacies subissent déjà des ruptures de certains produits.
Si les camions circulaient hier matin depuis le port de Dégrad-des-Cannes, pour le reste du week-end, le collectif a refusé de communiquer de manière précise sur le maintien comme sur les horaires d'ouverture des barrages. La circulation des poids lourds n'est donc pas assurée.
P. Y. C

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

René 17.04.2017
Assurances

Les dégâts, occasionnés sur des véhicules stationnés volontairement sur la voie publique, sont-ils pris en charge par les compagnies d'assurances ?

Répondre Signaler au modérateur
brigandin 16.04.2017
Le printemps guyanais

Compatriotes nous somme entrain de nous faire voler notre révolution par des gens qui utilisent les méthodes des voyous qu'ils dénonçaient eux memes,les braquages entres autre.Un pays pris en otage et sa majesté Goudet 1er en visite officiel à paris, alors que pour la population c'est le système D, pouah je suis dégouté.

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 16.04.2017
Contrôle "judiciaire"

Il s'agit de contrôles d'identité et non pas de contrôles judiciaires, un peu de rigueur sur les termes ne nuirait pas..les barragistes ne sont pas encore mis en examen

Répondre Signaler au modérateur
greg974 17.04.2017

Toute la rigueur et la véracité du seul quotidien régional et local...on fait avec ce qu'on a et ca pique les yeux chaque jour dans le journal.

Répondre Signaler au modérateur