En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

À Agarande, les cours ont repris mais la grève continue

Déborah DURAND Vendredi 16 septembre 2016
À Agarande, les cours ont repris mais la grève continue
Deux agents de l'entreprise privée Guyanet sont en train de nettoyer les parties communes du collège Agarande de Kourou, hier matin (DD)

À Kourou, le collège Henri-Agarande a rouvert ses portes hier matin, après plusieurs jours de fermeture. L'établissement était fermé depuis lundi pour raisons sanitaires. Les agents d'entretien de la CTG manifestent depuis la semaine dernière.

Hier matin, les cours ont repris, au collège Henri-Agarande de Kourou. Mais les agents d'entretien, en grève dans le cadre du conflit à la Collectivité territoriale (CTG, lire aussi en page 3), continuent de manifester devant l'établissement. Pendant trois jours, les professeurs ont fait valoir leur droit de retrait. Ils estimaient qu'en l'absence d'entretien, ils ne pouvaient pas recevoir les élèves dans des conditions de salubrité normale. La CTG a mandaté, avec l'accord du recteur, une entreprise privée, Guyanet, pour nettoyer l'établissement. « Au moins, on pourra travailler dans des conditions décentes sans qu'il y ait de risque sanitaire » , se réjouit la principale du collège, Annie Roger.
Les agents d'entretien, qui dépendaient jusqu'à l'an dernier du conseil général, poursuivent leur mouvement malgré tout. Ils demandent le renouvellement des contrats précaires et le même nombre de tickets restaurants que les agents de l'ancien conseil régional. « Nous, les titulaires, on doit être six au total. On ne peut pas faire tout le collège, on se mobilise donc pour les emplois précaires. Ils sont en négociation, on attend toujours » , expose une des grévistes, Charline Menit. « Le personnel de l'ancien conseil général estime qu'il n'est pas traité de la même manière que les agents de l'ancien conseil régional, ajoute Annie Roger, qui fut aussi élue aux côtés de l'ancien maire de Kourou Jean-Étienne Antoinette. La CTG doit avoir le même regard sur la totalité des agents. Son devoir est de renouveler les contrats et les carrières. Ils doivent avoir les mêmes droits que tous les agents de la collectivité. Il y a des négociations en cours, j'espère qu'on va s'acheminer vers une solution. »
ET AUSSI - Saint-Georges : tous les agents présents à l'école Gabin
L'école Gabin-Rozé est désormais totalement opérationnelle. Hier, l'ensemble des agents municipaux nécessaires au bon fonctionnement de l'établissement ont pris leurs fonctions. Au total, ce sont 11 nouvelles classes qui ont ouvert cette année dans ce groupe scolaire flambant neuf. En revanche, quelques enseignants manquent encore à l'appel dans la commune, « deux ou trois » , selon la mairie. Une information que le rectorat n'a pas pu nous confirmer.
Camopi : petite mobilisation devant le rectorat
La manifestation en soutien aux parents de Camopi a très peu mobilisé (ASM)
Une manifestation était organisée par le Steg-UTG hier matin devant le rectorat en soutien aux parents d'élèves de Camopi. Seule une poignée de manifestants se sont installés à l'entrée du parking, laissant passer piétons et voitures. Ce qui n'a pas empêché le rectorat de fermer ses portes pour une partie de la matinée. « À Camopi, ce sont les mêmes problèmes chaque année » , lançait Vincent Touchaleaume, du Steg, qui déplore que « l'État n'a pas respecté ses engagements pris dans le protocole de 2014 » (lire dans notre précédente édition). Pour l'heure, la manifestation est restée plutôt symbolique, mais « à défaut de réponse, on n'hésitera pas à hausser le ton » , prévient le Steg. Une réunion intersyndicale était d'ailleurs prévue hier soir. Selon les estimations du Steg, une quinzaine de nouveaux logements sont nécessaires pour pouvoir abriter l'ensemble des enseignants nommés à Camopi.
Lundi, une pirogue du rectorat partira en mission pour la semaine sur l'Oyapock. Une mission prévue de longue date selon le rectorat. Elle doit se rendre à Saint-Georges, Camopi et Trois-Sauts.
A.S.-M.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire