En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Serville veut un décret d'exception

Bernard DORDONNE Jeudi 19 avril 2018
Serville veut un décret d'exception
Gabriel Serville, député de la première circonscription (photo d'archives)

Le projet de loi sur l'immigration porté par le gouvernement en discussion à l'Assemblée nationale depuis lundi met Gabriel Serville dans tous ses états. Il demande que le gouvernement fasse un rapport pour des préconisations qui seraient propre à la Guyane. Il défendra aujourd'hui, devant les députés ses neuf propositions d'amendements du texte.

Pourquoi êtes-vous intervenu dans la nuit de lundi à mardi lors de l'étude du projet de loi immigration et droit d'asile ?
Je suis d'abord intervenu pour affirmer ma forte opposition à un texte qui distingue les « bons » des « mauvais » étrangers et qui ne répond ni à un objectif d'humanisme, ni même à un objectif de fermeté. Je suis étonné de l'absence totale de dispositions concernant la Guyane. À la suite de ses interventions, j'ai été reçu par les conseillers du ministre de l'Intérieur. Je leur ai dit qu'il faut introduire dans la loi la nécessité de faire des préconisations, dans les six mois, qui seraient susceptibles de répondre aux problématiques spécifiques observées sur le territoire de la Guyane. Après on trouve le meilleur véhicule législative pour valider les préconisations.
Pourquoi pensez-vous que vos amendements ne passeront pas ?
Depuis 2015, je dis qu'il faut faire en sorte que la Guyane soit moins attractive vis-à-vis des demandeurs d'asiles qui en réalité ne sont pas de vrais demandeurs d'asiles au sens entendu par la loi. Ils migrent pour des raisons d'ordre économique. Sur le territoire de la Guyane, 97% des gens qui se présentent comme demandeurs d'asile ont été déboutés car ils ne remplissent pas les critères. Ce sont des gens qui vivent la misère chez eux. J'avais demandé que la Guyane à titre exceptionnel et provisoire ne puisse pas servir l'allocation demandeurs d'asile qui fonctionne comme une pompe aspirante. Les gens se disent : « On n'a pas d'argent. On va aller en Guyane.
On va demander l'Ada et on va gagner 10 à 100 fois le salaire de notre pays.« À l'époque, on n'avait dit qu'on ne pouvait pas faire de loi d'exception pour la Guyane car c'est un territoire français dirigé par l'article 73 de la Constitution.
Que pensez-vous du décret sur le délai de traitement des dossiers, validé mardi par le Conseil d'État ?
Lorsque le président de la République Emmanuel Macron est venu en Guyane en octobre dernier, on avait évoqué la question du délai de traitement des dossiers pour les demandeurs d'asile. Il a pris la décision de faire un décret Guyane sur l'immigration et l'asile qui raccourcit considérablement les délais. L'idée du gouvernement consiste à ce que la Guyane serve de laboratoire. Sur cette mesure et si elle porte satisfaction, le gouvernement va l'étendre sur tout le territoire Français. Si le président de la République a pu faire une exception, je lui dis de faire aussi une exception sur l'allocation demandeur d'asile.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Senatla 20.04.2018

La convention de Genève sur le droit d'asile ne peut pas être révoquée en raison d'abus. Cela revient à punir ceux qui y ont droit à cause de ceux qui, pense-t-on, n'y ont pas droit. Il doit y avoir d'autres moyens, qui participent à l'éducation de la population, d'éviter le dévoiement du droit. + Emmanuel Lafont

Répondre Signaler au modérateur
youpix973 20.04.2018
Allocations du vice (caf )

Et aussi le RSA sous forme de bons ...qu'avait promis monsieur Macron lors de son passage en Guyane
et surtout revoir le droit du sol

Répondre Signaler au modérateur
MONSIEUR GUYANE 20.04.2018
et la CAF?

Une bonne chose, mais quand est-ce que l'on reparlera enfin de la fin de l'argent convertible de la CAF, afin d'empécher les etrangers d'envoyer l'argent de la CAF à Haiti via western union? Chose pourtant promise par macron lors de son déplacement?

Répondre Signaler au modérateur
FLAMBI 19.04.2018

BIEN MR SERVILLE

Répondre Signaler au modérateur
youpix973 19.04.2018
suppression aide aux demandeurs d'asile

Persévérez monsieur Serville ... On en a marre d'autant plus qu'il n'y a aucune guerre dans le pays des 99% des soi disants demandeurs d'asile

Répondre Signaler au modérateur