En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Santé, social, enfance : des droits en péril

A.G. Samedi 15 octobre 2016
Santé, social, enfance : des droits en péril
Jacques Toubon, défenseur des droits (AG)

Jacques Toubon, défenseur des droits, était en Guyane afin de constater l'accès aux services publics des populations. Après quatre jours d'immersion, il est rentré hier à Paris et va pouvoir commencer la rédaction de son rapport.

Jacques Toubon, le défenseur des droits, est reparti hier pour Paris après une immersion de quatre jours en Guyane, afin d'analyser si les droits essentiels des populations en Guyane sont respectés. Il est également venu installer une nouvelle conseillère territoriale (Cécile Dip), ainsi que la nouvelle équipe du défenseur des droits. Elle compte sept délégués territoriaux au lieu de quatre, dont un qui fera des permanences à la prison.
Parmi les constats réalisés à chaud par Jacques Toubon, sans surprise c'est l'accès à l'éducation et aux soins qui sont pointés du doigt. « Le service social départemental n'a pas d'assistante sociale dans tout l'Est et c'est bien entendu un déficit qui met en cause leur droit. » Il juge l'offre de soins insuffisante de manière générale et explique avoir rencontré des situations qui mettent en cause la réalité et l'effectivité des droits des enfants.
Jacques Toubon était accompagné d'Yvette Mathieu, sa chargée de mission auprès des Outre-mer, auteure d'un rapport de 2014 concernant l'accès aux services publics. « Je suis venu voir par moi-même les sujets mis en avant dans le rapport d'Yvette Mathieu ?[...] Sur la base de ses recommandations, les délais de déclarations de naissance ont été allongés à huit jours dans la loi votée hier. » Le défenseur des droits va maintenant rédiger son rapport. « Il faut que ceux qui vivent en Outre-mer bénéficient de l'égalité des droits comme tous les autres. C'est ce que je vais essayer de traduire pour ensuite reprendre sous forme de recommandations : scolarisation, protection de l'enfance, etc. Il y aura aussi un volet abordant la coopération entre l'État et le département » .
Le droit d'asile, un droit fondamental
« Je serai amené à prendre position par rapport à la fermeture du guichet unique pour les demandeurs d'asile pour lequel j'ai été saisi depuis le mois d'août par la Cimade » , a commenté Jacques Toubon.
Depuis la fin du mois d'août aucun nouveau dossier n'a été traité. L'Ofii donne aujourd'hui des rendez-vous à partir de mai 2017. « Il (le préfet) avait le droit de fermer le guichet, ce qui n'est pas régulier c'est qu'à travers cette mesure le droit d'asile est compromis » . Sa réouverture est prévue pour le 30 novembre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire