En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Robert Vignon, le Gran Man Baka

PEM Lundi 11 décembre 2017
Robert Vignon, le Gran Man Baka
Guy Rodolphe (premier plan), ancien commis de la préfecture et ami personnel de Robert Vignon ; et Bernard Chari (second plan), militaire à la retraite. Tous deux conférenciers de la soirée hommage à Robert Vignon (PEM)

Premier préfet du département, Robert Vignon est considéré comme étant l'homme qui a posé les jalons de la France dans le territoire dès sa nomination en 1947. Un hommage lui a été rendu jeudi à l'hôtel de ville de Cayenne par les élus municipaux.

Une conférence animée par Armand Hidair, passionné d'histoire, s'est tenue jeudi soir à l'hôtel de ville de Cayenne en hommage à Robert Vignon, nommé premier préfet de la Guyane à 36 ans en août 1947. L'homme que les Guyanais appelaient affectueusement « Papa Vignon » , ou « le Grand Man Baka » ( le grand chef blanc en srané tango), est considéré aujourd'hui comme étant l'architecte de la Guyane postcoloniale.
Guy Rodolphe, ancien commis de la préfecture et ami personnel de l'ancien préfet, a présenté au public la vie de ce « grand visionnaire » avec une verve qui témoigne de la marque indélébile que le Gran Man Baka a laissé dans la conscience collective des Guyanais. « La seule façon de parler de Robert Vignon en peu de mots c'est de reprendre les premiers propos qu'il a lui-même prononcés à son arrivée sur le territoire : « En foulant le sol de la Guyane, j'ai respiré l'oxygène de la forêt. Je crois, c'est ma patrie. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour la rendre prospère et jolie. »
Robert Vignon arrive en Guyane le 31 août 1947 en compagnie de Jules Moch, ministre des travaux publics et ministre des sports. La première grande action qu'il a posée après sa prise de service a été de construire l'usine de production d'eau potable du Rorota qui alimente la ville de Cayenne. Puis, ce fut l'institut Pasteur dont les premières missions tentaient de guérir les lépreux, puis de vacciner contre la fièvre jaune, le paludisme et d'autres maladies tropicales et endémiques. En 1949, Robert Vignon crée le bureau minier de Guyane avec pour objet de promouvoir la recherche, l'équipement et l'exploitation des ressources du sous-sol. Durant la décennie 1950, il fait planter 456 palmiers royaux sur la place de l'esplanade devenue place des Palmistes.
« L'HOMME QUI A FAIT LA GUYANE »
Les oeuvres de l'homme sont innombrables. « Vignon est l'homme qui a fait la Guyane » , réaffirment plusieurs de ses contemporains venus lui rendre hommage. « Il ne s'est pas contenté d'engager la Guyane sur la voie d'un véritable développement, affirme un octogénaire qui l'a bien connu. Il a nommé presque tous les Guyanais qui en étaient capables à la tête des services administratifs. Et pour ceux qui n'avaient pas leur baccalauréat, il les a envoyés apprendre un métier à Porto Rico » . « Son surnom « Papa Vignon » , il le doit à tout l'amour qu'il a eu pour la Guyane et pour les Guyanais » , conclut un autre camarade de Robert Vignon.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

alfredo 12.12.2017
Le conferencier a aussi un nom

Je ne sais si c’est par incurie, mais le conferencier ne voit pas citer son nom de famille par le chroniqueur de FG. Ensuite il a été un membre éminent des services de renseignelent de l’Etat..il n’est pas de sot métier et ce detail donbe beaucoup de lisibilité au débat de fond que vous esquivez. Vignon a personnifié le rêve d’assimilation de la bourgeousie guyanaise, tandis que Catayée rassemblait sur des bases populaires larges un autre projet pour la Guyane. Leur opposition fait partie de l’histoire de la Guyane, au-delà même des 2 hommes. Hors conference, c’est la mission critique de la presse tout de même, d’autant plus que Catayée n’est pas resté marginal et sans audience electorale, puisque justement il a reussi à battre sur son programme, Vignon aux législatives de 58.

Répondre Signaler au modérateur
mite973 11.12.2017
HOMMAGE A M. VIGNON

Bonjour
je voudrais dire aux conférenciers que l'hommage à M. VIGNON j'aime mais dans sa réussite il ne faudrait pas oublier les personnes qui ont oeuvré à cette réussite et qui ont donné leur chemise pour M. VIGNON. Des personnes comme M.HUBERT GEORGES. A BON ENTENDEUR, A MO KI DI

Répondre Signaler au modérateur