France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
EXCLUSIF

Régina- Kaw : pourquoi le conseil municipal a été dissous

Bernard DORDONNE Jeudi 8 Février 2018 - 12h23
Régina- Kaw : pourquoi le conseil municipal a été dissous

Il y aura de nouvelles élections dans trois mois dans la commune de Régina-Kaw. Le conseil des Ministres prononce aujourd’hui la dissolution du conseil municipal de Régina-Kaw. En attendant les nouvelles élections, c’est le préfet qui prendra la main sur la commune. Le représentant de l’État nommera une commission de trois fonctionnaires pour gérer les affaires courantes et verser leur salaire aux agents de la collectivité.

Les habitants de cette commune de bassin de l’est Guyanais, se sont réveillés ce matin avec un sacré mal de tête et de nombreuses interrogations.
Cette décision fait suite à un courrier que le maire, Michel Quammie, a adressé, en novembre 2016 au préfet de l’époque, lui demandant d’envisager la dissolution du conseil municipal de Régina-Kaa. Le maire, qui exerce la profession d’avocat a visé dans ses attendus les dispositions de l’article 2121-6 du code général des collectivités territoriales.
Selon le premier magistrat, cette affaire concerne l’irrégularité d’un titre portant sur l’attribution de 13 hectares de terrain couvrant la moitié du bourg de la commune.
Motif d'intérêt général
Pour le maire, cette demande dissolution est le seul moyen qui permettra à la commune de récupérer la parcelle sur laquelle se trouve l’édifice servant de mairie ainsi que les autres bâtiments de la collectivité. « Cette mesure apparaît en l’espèce fondée sur un motif d’intérêt général et l’organisation de nouvelles élections devra permettre à la population de se déterminer en toute connaissance de cause » a expliqué Michel Quammie en conclusion de son courrier.
Il faut savoir que le mardi 23 janvier 2018, vers 16 heures, le secrétaire général de la mairie de Régina, Richard Joigny a déposé plainte près de la brigade territoriale autonome de la gendarmerie de Régina contre Pierre Desert, conseiller municipal de l’opposition et conseiller territorial à la CTG de la majorité,
Le secrétaire général indique porter plainte contre Pierre Désert, élu de la commune pendant plusieurs mandats pour des chefs de faux et usage de faux dans des actes notariés en vue de l’acquisition indue de plusieurs parcelles sur la commune de Régina. Il indique aussi que le maire de la commune Michel Quammie est bien informé des faits et l’a mandaté pour le dépôt de plainte.
Témoignage d'un voisin décédé
Selon le secrétaire général, les faits concernent l’acte cadastré section F73 portant acquisition d’un terrain de 13ha 60a.
Toujours dans la plainte du secrétaire général, afin de justifier de sa propriété sur une parcelle AB 480 à Régina, Pierre Désert, maire de la commune de Régina de 1977 à 2004 a fourni comme preuve un acte notarié concernant une parcelle cadastrée section F73 et non la parcelle AB 480.
Il explique encore que pour faire valider en justice son titre de propriété sur la parcelle AB 480, Pierre Désert a produit un acte de bornage en date du 13 juin 2001 établi par lui même et ses voisins dont Ferdinand Jean-Pierre. Il est apparu, toujours dans la plainte du secrétaire général, que Ferdinand Jean-Pierre ne pouvait participer à un tel bornage puisqu’il était décédé depuis le 24 juin 1999.
En introduction du courrier que Michel Quammie a adressé au préfet pour demander la dissolution du conseil municipal, il informait déjà de la situation préoccupante dans laquelle se trouve la commune de Régina-Kaw, « laquelle résulte indubitablement de la dénonciation des faits délictueux qui font l’objet d’une information judiciaire des chefs de faux, usage de faux, prise illégale d’intérêts, escroquerie, détournement et suppression de correspondances ».
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le dépôt de plainte du mois dernier, a précipité la dissolution du conseil municipal de la commune de Régina-Kaw et un retour aux urnes dans trois mois.
On s’interroge sur le comportement que vont adopter les élus de Régina. On se demande aussi, si Pierre Désert ira croiser le fer avec Michel Quammie qui sera certainement candidat à sa succession. Sur ce dernier point, Michel Quammie indique qu’il s’agit une décision collective et qu’il prendra le temps de rencontrer ses proches.
Les réactions du maire de Régina et de l'avocat de Pierre Désert dans notre édition de vendredi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
11 commentaires

Vos commentaires

jess 09.02.2018

débarrassé vous de de désert il pollue la démocratie

Répondre Signaler au modérateur
cél 09.02.2018

J'admire votre courage monsieur Quammie. Pierre Désert= plus gros propriétaire terrien d'europe, et personne n'a jamais osé l'affronter. Dans la bouche des habitants du bassin de l'est tout le monde le craint mais ils sont tous fataliste car ils disent qu'il est puissant à l'échelle de ces petites gens qui bien souvent ont été "bloublou" par celui qui était leur maire et qui régnait en calife. J'espère que la Guyane va enfin réussir à se débarrasser de ses zones d'ombres. Il n' a pas qu'à l'ouest que c'est pourri, et l'Est a vraiment besoin d'un bon ménage! Quand Désert s'est accaparé toutes les parcelles de sa commune, il a fait déserter cette dernière qui pourtant à l'époque avait une vraie vie économique. Régina= 3ème plus grande commune de Guyane avec du foncier qui appartient à un homme malhonnête!

Répondre Signaler au modérateur
LiKiLiKi :-) 09.02.2018
Richard Joigny :

BRAVO et Merci !

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 08.02.2018
Quel développement agricole ?

C'est pas demain l'autosuffisance alimentaire dans notre pays.Faire financer par l'Europe des terres agricoles pour en faire des résidences secondaires... Est-ce possible ? Mais oui, Vous pouvez pas obliger les bénéficiaires de 9 hectares de travailler la terre ! Il s'agirait de travaux forcés ! Les copains d’abord chantait Brassens...
Pauvre pays !

Répondre Signaler au modérateur
Captain Saramaca 08.02.2018
Foncier

Il y a ceux qui disent poliment: "Rétrocession immédiate de l'ensemble du foncier de l'Etat"!

Il y a ceux qui disent moins gentiment: "Reprenons par le sang ce qui a été pris par le sang"!

Et il y a ceux qui nous donnent un avant-goût de ce qui arrivera lorsque le domaine public (l'Etat, c'est toi, c'est moi, c'est nous tous) sera aliéné pour être privatisé...

Répondre Signaler au modérateur
René 09.02.2018
Spéculations

Il y a eu des tas d’exemples dans le passé : des plans pour développer la Guyane qui ont surtout favorisé des spéculations véreuses.

Répondre Signaler au modérateur
VICTIME SPOLIEE 10.02.2018

Dieu est Grand !
Ce n'est qu'un début car il n'est pas seul.
"Battre monnaie " est" monnaie courante" au sein de certaines familles libanaises immigrées en Guyane, son cousin R A aurait
également fait main basse sur moult terrains privés spoliant plusieurs familles guyanaises (ALY et Consorts , Jacques-Philippe etc..)
Comment ont-ils pu s'approprier autant d'hectares de terres ?
Il appert indiscutablement que sans complicité magouilleuse et
aberrante ( bien ficelée) de certains officiers ministériels (notaires de profession) aucun acte de propriété n'aurait pu être
établi et délivré en leur faveur.
Méditation

Répondre Signaler au modérateur
VICTIME SPOLIEE 10.02.2018
Regina.......

Dieu est Grand !
Ce n'est qu'un début car il n'est pas seul.
"Battre monnaie " est" monnaie courante" au sein de certaines familles libanaises immigrées en Guyane, son cousin R A aurait
également fait main basse sur moult terrains privés spoliant plusieurs familles guyanaises (ALY et Consorts , Jacques-Philippe etc..)
Comment ont-ils pu s'approprier autant d'hectares de terres ?
Il appert indiscutablement que sans complicité magouilleuse et
aberrante ( bien ficelée) de certains officiers ministériels (notaires de profession) aucun acte de propriété n'aurait pu être
établi et délivré en leur faveur.
Méditation

Répondre Signaler au modérateur
interrogation 08.02.2018

le mis en cause veut-il présenter sa version des faits?

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 08.02.2018

Exclusivité ? Article à charge surtout qui ne prend même pas la peine de recueillir la version du mis en cause.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 08.02.2018

Mais non Gérard, il aura la parole demain. FG le précise.

Répondre Signaler au modérateur