France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Plus de salaire pour les prêtres

Thomas FETROT Lundi 19 mai 2014
Monseigneur Lafont, évêque de Guyane, conteste la décision du conseil général (photo d'archives)

Le président du conseil général, Alain Tien Liong, a officiellement annoncé que la collectivité ne versera plus de rémunération aux prêtres de Guyane. Une décision que l'évêque, Monseigneur Lafont, entend « contester » .

Alain Tien Liong a tranché. Après des années de valse-hésitation, le président du conseil général de Guyane a pris la décision de mettre un terme à une anomalie républicaine.
Désormais - officiellement depuis le 1er mai - le Département n'assumera plus le versement des rémunérations mensuelles des prêtres catholiques de Guyane. Un choix vivement critiqué par l'évêque, Monseigneur Lafont, qui affirme avoir l'intention de le « contester » .
« INÉLÉGANT »
« Il est dommage que ça se passe comme ça, commente l'évêque. Au départ, le conseil général avait pris une délibération qui prévoyait de ne pas remplacer le salaire des prêtres sur le départ. Et là, je reçois un courrier le 14 mai qui m'avertit qu'à partir du 1er mai plus aucun salaire ne sera versé. C'est inélégant et pas très juste vis-à-vis de toutes ces personnes. »
Monseigneur Lafont indique que le responsable du Vatican à Paris a été prévenu de la situation. « Il me conseille de faire ce que j'ai prévu de faire, c'est-à-dire contester la décision » , assure l'homme d'Église. Tout en précisant qu'il « ne faut pas compter » sur le Vatican pour prendre le relais de la collectivité pour rémunérer les prêtres. « Il va falloir qu'on compte sur les gens d'ici » , explique-t-il. Les fidèles.
Alain Tien Liong estime que le moment est venu de mettre un terme à une situation inédite en France. Car la Guyane est le seul département à devoir verser un salaire aux prêtres. Sans percevoir la moindre dotation spécifique pour assumer cette charge. Or, si la comparaison avec l'Alsace-Moselle est régulièrement invoquée, elle s'avère quelque peu inappropriée. En effet, c'est l'État qui s'acquitte pour ce territoire du paiement des salaires des prêtres. Pas le Département.
« L'ÉTAT EMBARRASSÉ »
Le président du conseil général est conscient de la controverse que va entraîner sa décision. « Même l'État est embarrassé, affirme-t-il. J'ai eu un entretien avec le préfet à ce sujet et je lui ai suggéré de prendre en charge les salaires. C'est un sujet qui a été discuté de nombreuses fois et l'arrêt des rémunérations a été repoussé à plusieurs reprises. » Des rémunérations qui représentent, annuellement, un budget de près d'un million d'euros.
« MINABLE »
Considérés comme des salariés de catégorie B, les 33 prêtres de Guyane touchent environ 1 500 euros par mois. Quant à l'évêque (catégorie A), sa rémunération mensuelle s'élève à 1 800 euros. D'ailleurs, elle est la seule à avoir été maintenue par le conseil général. Une exception que Monseigneur Lafont qualifie de « minable » , en précisant : « Qu'ils aient le courage de tout arrêter! Là, c'est comme s'ils voulaient me garder de leur côté. »
Pour Alain Tien Liong, il s'agit essentiellement de répondre à des « réalités économiques » . Une décision historique, très éloignée du champ électoraliste.
Seuls les catholiques
Les membres du culte catholique sont les seuls à pouvoir être rémunérés par le conseil général.
Pour une raison simple : l'unique texte qui régit les cultes en Guyane est l'ordonnance royale de Charles X, datée du 27 août 1828. Or, celle-ci ne reconnaît que le culte catholique. Imams, rabbins ou pasteurs n'ont donc jamais pu y prétendre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
31 commentaires

Vos commentaires

lyncha 20.05.2014
100% d'accord

Lévé alé travail pou gain soumaké. A sa mo ka fè. En plus mo ka payé impôt pou zot. Ch....

Répondre Signaler au modérateur
kafka 20.05.2014

"il « ne faut pas compter » sur le Vatican pour prendre le relais de la collectivité pour rémunérer les prêtres"
Si le Vatican refuse de payer les prêtres de Guyane, en quoi le CG devrait s'en charger ? On marche sur la tête là. C'est comme si on demandait à l'église de payer le salaire des agents du CG parce que le CG ne veut pas s'en charger. Bon, je ne vais pas tarder à le réveiller car ce doit être un mauvais rêve.

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 20.05.2014
La loi, c'est la loi...

Si il y a bien une chose pour laquelle Tien Long et ses amis ne sont ni croyants, ni pratiquants, c'est le respect des lois.

Répondre Signaler au modérateur
gasta973 20.05.2014
enfin

Je trouve sa aberrant que certaines personnes ici critique cette décision, vous ne trouvez que cette argent serait plus utile pour financer des projets ou des emplois.réveillez vous 64 % de la population à moins de 30 ans et 41 % d entre elle est au chômage donc utilisons cet argent pour nos jeunes

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.05.2014

Je demande qu'on respecte mes impôts et ma foi en l'athéisme

Répondre Signaler au modérateur
kafka 20.05.2014

tout pareil

Répondre Signaler au modérateur
fani 20.05.2014

La séparation entre l'église et l état existe depuis très longtemps. Pourquoi la Guyane devrait faire une exception. Payer les prêtres avec mes impôts! Et pourquoi ne pas faire de même avec les autres religions? Les catholiques n'ont qu'à faire comme certains : donner 10 % de leur salaire pour rémunérer les prêtres et le reste. Ce que vous ne savez pas c'est que dans les écoles privées catholiques 10 % des sous que les parents donnent sont versés à qui? Devinez. ..et école privée catholique ne veut pas dire 100 % de réussite car le tri est fait à l'intérieur. Les élèves qui n'ont pas le niveau sont envoyés ailleurs, donc les résultats sont faussés.

Répondre Signaler au modérateur
Nicky 20.05.2014

ENFIN, ENFIN, une personne qui dit juste. A quand un vrai débat sur les écoles privées catholiques de Guyane ? 100 % de réussite ? Vaste blague, plutôt 100 % de castes.

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 20.05.2014
les sectaires frappent !

Pauvre âne, et je reste catholique car les écoles de Guyane accueillent les scories du public comme le font les missions locales. On ne leur reprochera pas de vider un ou deux élèves par an qui pourrissent une classe et très rarement un prof faignant ou incompétent. Dans le public, on ne vire personne et tout se dégrade. Les "syndicaleux" font leur loi et acquièrent toujours plus de privilèges. Peuple de Guyane, refaisons la nuit du 4 août !

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 20.05.2014

Historiquement, il n'y a pas de séparation des églises et de l'Etat en Guyane parce que les députés et conseil général de Guyane se sont fortement opposés à l'extension de la loi de séparation en 1911. Opposé à tel point que la commission coloniale a fini par céder alors qu'il était prévu à l'origine que le texte s'applique en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
JU13 08.06.2014
AH ?

Ubu, quelles sont vos sources svp ? (c'est une vraie question, pas une question piège!) Je suis au courant du vœu négatif de la Commission coloniale mais pour les députés et le CG je ne vous suis pas ...

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3