En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
REMIRE-MONTJOLY

Les impôts prennent une claque

Pierre-Yves CARLIER Mardi 18 avril 2017
Les impôts prennent une claque
Ceci est une estimation ne prenant pas en compte les éventuelles hausses votées par les autres collectivités (DR)

Pour équilibrer leur budget, les élus ont voté à l'unanimité une hausse des taux d'imposition, mercredi soir. La taxe d'habitation passe de 26,85 à 28,60% ; le foncier bâti de 12,35 à 19,96% et le non-bâti de 22,78 à 24,26%.

« À Rémire-Montjoly, nous n'aimons pas toucher beaucoup aux impôts. » Cette phrase prononcée par Jean Ganty, mercredi soir, lors du vote du budget, est vraie depuis qu'il est maire. Les taux d'imposition n'ont pas bougé de 2009 à 2015, si l'on omet l'intégration de la part du conseil général (11,41% à l'époque) en 2011 dans le giron communal. En 2013, avant les élections municipales, Jean Ganty avait toutefois prévenu :
« À l'avenir, il peut y avoir une possibilité d'augmenter (les impôts) progressivement. » Résultat, la taxe d'habitation est passée de 19,22% en 2013 à 26,85% en 2015 et 28,60% cette année. La majorité municipale - dans toutes ses composantes, du Parti socialiste guyanais jusqu'à Guyane 73 - a expédié l'affaire en quelques minutes, sans broncher. L'opposition, elle, ne s'est pas déplacée. Les barrages sans doute...
EN ATTENDANT LE VOTE DU BUDGET DE LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION
La taxe sur le foncier bâti, payée par les propriétaires, augmente dans des proportions encore plus importantes : 8,84% en 2013, 12,35% en 2015, 19,96% cette année. Celle sur le non- bâti dans une moindre mesure, de 22,78 à 24,26%. À cela, les contribuables devront ajouter l'augmentation des bases fiscales, fixée cette année à 0,4% par les parlementaires. Les contribuables attendront désormais avec impatience le vote du budget de la communauté d'agglomération, la semaine prochaine. Lors du débat d'orientation budgétaire, en février, l'hypothèse d'une hausse des impôts a été très clairement exprimée.
Pour la mairie de Rémire-Montjoly, il y avait urgence : il fallait trouver 1,7 million de ressources supplémentaires pour équilibrer le budget. L'an dernier, les impôts locaux lui ont rapporté 6,85 millions d'euros. Cette année, ce sera 8,57 millions.
Jean Ganty a remis sur la table le problème du FNGir (fond par lequel les communes qui gagnent plus depuis la réforme de la taxe professionnelle aident les communes qui gagnent moins, ndlr). Il coûte 2,1 millions par an à la commune. Le maire n'a pas évoqué, en revanche, les recettes supplémentaires d'octroi de mer dont les communes vont bénéficier au détriment de la Collectivité territoriale (CTG). Cette année, elles se partageront 9 des fameux 27 millions que touchait la CTG jusque-là.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire